BFMTV

Paris: ce que l'on sait sur le preneur d'otage du 10e arrondissement

Ses revendications étaient confuses: au moment de la prise d'otage, l'homme avait demandé à entrer en contact avec l'ambassadeur d'Iran.

Quelques minutes après son interpellation, on en sait plus sur le profil du preneur d'otage de la rue des petites écuries, dans le 10e arrondissement de Paris. Selon nos informations, il s'agit d'un homme marocain de 26 ans, qui n'était pas connu des services spécialisés: il n'était pas fiché S, et ne figurait pas au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). A l'inverse son nom figure au TAJ, le fichier des antécédents judiciaires. Il était entré dans l'immeuble 

Placé en garde à vue

Aucun explosif n'a été retrouvé à l'intérieur du bâtiment mais l'homme portait des couteaux et une arme factice, selon nos informations. Il a bien sûr été placé en garde à vue dans la foulée de son arrestation. Une enquête a été ouverte par le parquet pour enlèvement, séquestration, violences avec armes et tentative d'homicide volontaire. 

Pendant les négociations avec les forces de l'ordre, il s'est fait appeler "Chris". Ses revendications étaient confuses: au moment de la prise d'otage, l'homme avait demandé à entrer en contact avec l'ambassadeur d'Iran. Il a également évoqué pêle-mêle le 11-septembre, l'islam, l'affaire Merah, l'affaire du jeune Théo ainsi que l'affaire Maëlys. 

Un suspect "fortement divaguant" selon Collomb

Cette confusion dans les revendications et justifications ont conduit très vite certains observateurs à interroger la stabilité psychologique du suspect. Sur les coups de 21h20, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a confirmé qu'on s'orientait vers le profil d'un homme déséquilibré, le qualifiant de "déboussolé psychologiquement" et de "fortement divaguant". 

R.V. et S.A. avec Sarah-Lou Cohen