BFMTV

Parents d'élèves extorqués: l'enseignant jugé mercredi

"Un certain nombre d'éléments sur des litiges que l'enseignant a eus au cours de sa carrière professionnelle" ont été, entre temps, recueillis par le Parquet

"Un certain nombre d'éléments sur des litiges que l'enseignant a eus au cours de sa carrière professionnelle" ont été, entre temps, recueillis par le Parquet - -

Rodolphe Miller comparaît pour avoir réclamé en juin dernier la somme de 7.500 euros aux parents d'un élève, qui lui avait lancé une boulette d’aluminium.

Le procès d'un enseignant soupçonné d'avoir extorqué de l'argent aux parents d'un élève, qui avait été reporté à la suite du retrait de l'avocat de la défense, se tiendra mercredi devant le tribunal correctionnel d'Avesnes-sur-Helpe, dans le Nord.

Rodolphe Miller, 54 ans, est poursuivi pour avoir réclamé 7.500 euros en juin 2012 aux parents d'un élève de terminale d'un lycée professionnel d'Aulnoye-Aymeries, qui lui avait lancé six mois plus tôt une boulette de papier d'aluminium au visage.

Selon les parents, l'enseignant leur avait assuré qu'en contrepartie, il ne donnerait pas de suite à l'incident et renoncerait à toute poursuite, ce qui avait été officialisé dans une "convention d'indemnisation" signée par les deux parties.

Mais l'élève avait été exclu définitivement du lycée lors d'un conseil de discipline le 10 janvier, à la suite duquel les parents avaient déposé plainte.

D'autres litiges pourraient s'ajouter au dossier

A l'audience du 27 février l'avocat de la défense avait demandé un supplément d'information "pour éclaircir les zones d'ombre de ce dossier" qui avait été refusé par le président du tribunal.

L'avocat avait par conséquent quitté la salle d'audience, renonçant à défendre son client, qui avait alors demandé un renvoi du procès pour pouvoir être défendu par un autre avocat.

Le parquet a précisé avoir recueilli depuis la dernière audience "un certain nombre d'éléments sur des litiges que l'enseignant a eus au cours de sa carrière professionnelle" qui seront versés au dossier.

Ce dernier avait été placé en garde à vue le 29 février et laissé en liberté sous contrôle judiciaire. Il a été suspendu provisoirement par le rectorat en attendant de passer devant un conseil de discipline.

Rodolphe Miller est poursuivi pour extorsion ainsi que pour faux et usage de faux. Sa compagne, âgée de 50 ans, est poursuivie pour complicité.