BFMTV

Nouvelle forte chute de la mortalité routière en mai: -29,5%

Le meilleur mois de mai depuis 1948 grâce notamment à un temps pourri.

Le meilleur mois de mai depuis 1948 grâce notamment à un temps pourri. - -

Nouveaux radars "mobiles-mobiles", printemps pourri, le mois de mai 2013 aura été le moins meurtrier sur les routes depuis 1948.

Les chiffres de la Sécurité routière pour mai, sont bons. 226 personnes ont perdu la vie sur les routes de France le mois dernier, soit une baisse "exceptionnelle" de la mortalité de 29,5% par rapport au mois de mai de 2012, a annoncé lundi la Sécurité routière.

"Le meilleur mois de mai depuis 1948"

"C'est de tous les mois de mai le moins meurtrier sur les routes" depuis 1948 et l'apparition des statistiques routières, affirme la Sécurité routière.

Ce mois accentue donc "la tendance baissière constatée depuis le début de l'année", ajoute-t-elle, en raison d'une météo maussade, de la crise qui pousse les gens à rouler moins vite et de l'entrée en vigueur de nouveaux radars mobiles. Ainsi, sur les cinq premiers mois de l'année, marqués par de nette baisse à l'exception de février, le nombre de tués est en nette diminution avec 222 vies sauvées.

En mai, toutes les catégories d'usagers de la route bénéficient de ces progrès, à l'exception des piétons. Moins de blessés ont également été enregistrés (701 personnes soit -10,6%).

Le nombre de personnes hospitalisées est aussi en recul: 2.086 personnes en mai 2013 contre 2.412 au même mois de l'année dernière, soit 326 personnes de moins (- 13,5%).

Appel à la prudence maintenu pour cet été

Toutefois, la Sécurité routière rappelle que "l'arrivée des beaux jours, traditionnellement l'occasion de sorties et de randonnées, notamment pour les deux-roues, doit appeler à la vigilance de chacun afin que les weekends du mois de juin, souvent meurtriers, se déroulent sereinement".

En 2012, le nombre de tués sur les routes avait diminué de 8% par rapport à 2011, avec 3.645 morts, un plus bas historique depuis 1948. L'objectif du gouvernement est de parvenir en 2020 à passer sous la barre des 2.000 morts par an.