BFMTV

Nordahl Lelandais avoue avoir tué Arthur Noyer

Nordahl Lelandais a avoué ce jeudi, lors d'un déplacement aux côtés des juges d'instruction notamment sur les lieux de la découverte des ossements d'Arthur Noyer, avoir tué ce dernier.

C'est la fin d'une longue dénégation. Nordahl Lelandais a avoué avoir tué le caporal Arthur Noyer, du 13e bataillon de chasseurs alpins, selon une information confirmée à BFMTV. L'ancien maître-chien, âgé de 35 ans, qui avait déjà avoué avoir tué à la fin du mois d'août 2017 la petite Maëlys, était entendu depuis ce jeudi matin dans le cadre de l'enquête autour de la disparition du caporal Arthur Noyer, survenue le 12 avril dernier à Chambéry. Il avait été mis en examen pour assassinat dans cette affaire. 

Un déplacement décisif 

Pour se rendre à cette nouvelle audition, il avait été extrait dans la matinée de l'unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) de la prison de Lyon-Corbas, au sein de l'hôpital psychiatrique du Vinatier à Bron où il est détenu. Il a réintégré l'unité sur les coups de 21h. 

C'est lors d'un déplacement ce jeudi après-midi, aux côtés des juges d'instruction, au col de Marocaz, à Cruet à une vingtaine de kilomètres de Chambéry, en Savoie, lieu où le crâne du jeune militaire avait été découvert le 7 septembre dernier, que Nordahl Lelandais est passé aux aveux. En plus des magistrats, ce dernier était avec son avocat, maître Alain Jakubowicz. Le déplacement à Cruet a duré environ 1h30.

La cellule "Ariane" épluche le passé de Nordahl Lelandais 

Lors de sa précédente audition, le 5 février, il avait reconnu avoir pris Arthur Noyer en stop mais avait nié l'avoir tué. Auparavant, les gendarmes avaient établi que le portable de Nordahl Lelandais avait borné aux mêmes endroits que celui du caporal, que les deux appareils avaient été éteints à la même heure, peu avant 4h du matin. 

Nordahl Lelandais assume désormais deux meurtres dont celui d'Arthur Noyer serait le premier, dans l'ordre chronologique, précédant celui de Maëlys qu'il assure "involontaire". Comme l'a rappelé sur notre plateau notre consultant police/justice Dominique Rizet, une cellule de coordination, baptisée "Ariane", mise en place au sein du pôle judiciaire de la gendarmerie cherche actuellement d'éventuels recoupements entre le passé de Nordahl Lelandais et des disparitions ou crimes non élucidés. 

Robin Verner avec Rym Bey et AFP