BFMTV

Nord: la maman d'un enfant handicapé privée d'allocations se suicide

La CAF venait de supprimer une allocation à la jeune maman car le père de l'enfant vit en Belgique.

La CAF venait de supprimer une allocation à la jeune maman car le père de l'enfant vit en Belgique. - Philippe Huguen - AFP

Emilie Loridan, mère de deux enfants de 6 et 8 ans, s'est donné la mort dimanche dernier après avoir lancé plusieurs appels à l'aide. La jeune femme ne s'en sortait plus financièrement, après avoir perdu une allocation pour sa petite fille trisomique.

Elle se disait "fatiguée", "à bout". Emilie Loridan, une maman de deux enfants, dont l'un handicapé, a mis fin à ses jours dimanche dernier. La jeune femme, qui avait lancé plusieurs appels à l'aide et frappé à la porte de tous les services, ne s'en sortait plus financièrement. Dernièrement, elle avait perdu une allocation pour sa fille trisomique.

En mai dernier, dans les colonnes de La Voix du Nord, Emilie Loridan avait lancé un appel désespéré pour tenter de débloquer sa situation. Maman de Nolan, 8 ans, et Lylou, 6 ans, elle ne travaillait plus depuis la naissance de sa fille souffrant de trisomie. N'étant "disponible que de 9 heures à 16 heures", la jeune femme, dont la fille est scolarisée en Belgique, ne touchait plus que le RSA.

Perte de revenus

A ce contexte difficile, en mai dernier, la Caisse d'allocations familiales lui annonce qu'elle ne pourra plus lui verser l'allocation pour sa petite fille trisomique. Le père des deux enfants vivant et travaillant en Belgique, c'est à la Belgique de payer. Depuis deux mois, elle percevait donc 398 euros - sensiblement la même somme qu'en France - mais cette aide, ne venant plus de la CAF, était désormais considérée comme un revenu.

Emilie Loridan perd alors le RSA. Ses revenus passent alors de 1.125 euros à 690. "Je ne m’en sors plus du tout", confiait-elle au quotidien local en mai dernier. "En plus, ils me demandent de rembourser ce que j’ai perçu au RSA depuis deux ans. C’est dingue". Expliquant son cas à la CAF, la mère de famille obtient pour seule réponse un encouragement à demander une pension alimentaire au père des enfants. 

Aide de la ville

La jeune femme se tourne alors vers la ville. La mairie l'aide à chaque fois pour obtenir un logement adapté à sa situation familiale. Elle se rend au centre communal d'action sociale d'Armentières, où elle réside à l'époque avec ses deux enfants. Inscrite à l'épicerie solidaire, elle est suivie par un travailleur social. Elle prend également contact avec le Défenseur des droits.

Ces derniers temps, Cette maman désespérée ne répondait plus à son travailleur social, ni aux services sociaux. "Ce qui est arrivé est dramatique", concède la directrice générale des services adjointe d'Armentières. Sa famille a remercié ceux qui avaient tenté d'aider la jeune femme. Emilie Loridan sera inhumée samedi à Armentières. 

J.C.