BFMTV

Nantes: des bus de militants pris pour cible avant un meeting de Marine Le Pen

Des bus transportant des militants du Front national vers Nantes pour le meeting de Marine Le Pen ont été pris pour cible par des militants anti-FN. Personne n'a été blessé.

Plusieurs bus de militants FN ont été pris pour cible dimanche près de Nantes, alors que Marine Le Pen s'apprête à y tenir un meeting. Ces incidents ont eu lieu sur la RN137, dans le sens Rennes-Nantes, à hauteur de Notre-Dame-des-Landes. Un départ de feu a été signalé sur la route.

Le quotidien local Presse Océan fait lui état de deux véhicules attaqués par "une centaine d'individus cagoulés".

La conductrice d'un des bus pris pour cible a expliqué sur notre antenne, qu'environ 15 km avant d'arriver à Nantes, "des ralentissements sont survenus". Des ralentissements probablement dus à l'opération escargot mise en place par les militants anti-FN pour compliquer l'accès au meeting du parti.

"Puis des gens ont surgi, ils nous ont stoppés, ils nous ont lancé de la peinture. Ils avaient des barres de fer, des barres en bois et ils ont commencé à taper sur le bus. Puis ils ont arraché les balais d'essuie-glace", a-t-elle raconté.

"Nous ne reculerons pas"

Pour Sébastien Chenu, délégué national du rassemblement Bleu Marine, ces faits sont ceux de "voyous qui cherchent à porter atteinte à la démocratie".

"Certains individus tentent de nous empêcher de parler, ils ne nous empêcheront pas de délivrer notre message. Nous ne reculerons pas", a déclaré ce proche de Marine Le Pen sur BFMTV.

Jordan Bardella, secrétaire départemental du FN en Seine-Saint-Denis, a lui aussi relayé l'information sur son compte Twitter:

Un évènement qui fait écho aux heurts intervenus samedi à Nantes. Une manifestation a rassemblé entre 2000 et 3000 personnes pour protester contre la venue de Marine Le Pen. Selon le ministère de l'Intérieur, 11 policiers et gendarmes ont été blessés.

A. K.