BFMTV

"Mur des cons": Taubira accusé de s’en prendre à la liberté d’opinion

BFMTV

Le Syndicat de la magistrature (SM) accuse Christiane Taubira de s'en prendre à la "liberté d'opinion des syndicalistes" en saisissant le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) de l'affaire de son "mur des cons", dans une lettre ouverte à la ministre de la Justice.

Le CSM, instance de nomination et de discipline des magistrats, devra apprécier, avait annoncé jeudi la garde des Sceaux, s'il y a eu "manquement à la déontologie" de la part du SM, qui avait exposé dans son local syndical un "mur des cons" regroupant des dizaines de photos de personnalités du monde politique, médiatique et judiciaire.

Alors que la ministre avait estimé que "le devoir de réserve des magistrats suppose de la retenue, même dans le cadre de l'expression syndicale", la présidente du SM, Françoise Martres, répond que "cette violation de notre sphère privée syndicale n'est pas "une expression syndicale", laquelle est par nature publique". "Est-il besoin de vous rappeler que l'obligation de réserve ne s'applique qu'à l'expression publique des magistrats et qu'en tout état de cause, elle ne constitue ni une obligation au silence, ni une obligation de neutralité?" ajoute-t-elle.