BFMTV

Mort de Clément Méric: deux ex-skinheads condamnés à 8 et 5 ans de prison en appel

Clément Méric, 18 ans, étudiant à Sciences-Po, se remettait tout juste d'une leucémie. Il était un jeune homme engagé, décrit par beaucoup comme brillant et frêle

Clément Méric, 18 ans, étudiant à Sciences-Po, se remettait tout juste d'une leucémie. Il était un jeune homme engagé, décrit par beaucoup comme brillant et frêle - JOEL SAGET © 2019 AFP

Des peines de sept et onze ans d'emprisonnement avaient été requises vendredi à l'encontre des deux anciens skinheads jugés en appel à Evry pour la mort "absurde" de Clément Méric en 2013 à Paris.

La cour d'assises de l'Essonne a condamné vendredi en appel deux anciens skinheads à huit et cinq ans d'emprisonnement pour la mort du militant antifasciste Clément Méric, tué lors d'une rixe à Paris en 2013, des peines moins lourdes qu'en première instance.

Esteban Morillo, 28 ans, et Samuel Dufour, 27 ans, tous deux vêtus d'une chemise, ont accueilli leur condamnation dans le calme. "Vous allez être reconduits à la maison d'arrêt", a indiqué le président de la cour d'assises Thierry Fusina, précisant que la feuille de motivation expliquant le choix de la cour sera communiquée lundi.

7 et 11 ans requis

"Si la rencontre est fortuite, le dossier démontre que la mort de Clément Méric n'était pas le fruit du hasard, il y a eu une montée en puissance et une forme de haine", avait lancé l'avocat général, Philippe Courroye, devant la cour d'assises de l'Essonne.

Il avait requis la peine la plus lourde à l'encontre d'Esteban Morillo, 28 ans, déjà condamné à onze ans en première instance et qui a reconnu être l'auteur des coups mortels. Il encourait jusqu'à vingt ans de réclusion pour coups mortels portés en réunion et avec une arme. Sept ans avaient été demandés pour son co-accusé Samuel Dufour pour sa "co-action" dans la bagarre, lui qui avait déjà été condamné à cette peine en 2018.

Le 5 juin 2013, Clément Méric, étudiant de 18 ans et militant antifasciste, s'était écroulé sur le bitume en plein Paris, lors d'une rixe violente et brève entre militants d'extrême gauche et skinheads d'extrême droite, en marge d'une vente privée de vêtements de la marque Fred Perry.

C.Bo. avec AFP