BFMTV

Mort d'une crise cardiaque lors de l'expulsion de son logement: que s'est-il passé à Chambéry? 

Un homme est mort d'un arrêt cardiaque alors qu'il se faisait expulser d'un logement dont il ne payait pas le loyer à Chambéry. Des voisins affirment que la police était au courant qu'il avait des problèmes de santé.

Au lendemain de la mort d'un homme, victime d'un arrêt cardiaque alors qu'il était expulsé avec sa famille de son logement de Chambéry (Savoie), l'IGPN a été saisie pour faire la lumière sur les circonstances exactes du drame. Des voisins affirment à BFMTV que les policiers étaient au courant des problèmes de santé du père de famille.

Vitres brisées

Mercredi, trois policiers du commissariat de Chambéry sont venus assister un huissier dans l'expulsion d'une famille qui ne payait pas de loyer, en application d'une décision de justice, a expliqué le procureur de la République Thierry Dran, confirmant une information du Dauphiné Libéré

D'après la directrice départementale de la sécurité publique, Laëtitita Philippon, la situation a dégénéré lors de l'arrivée du père famille, qui était "arrivé excité, virulent. Il s'est opposé à l'expulsion et a menacé l'huissier. Dans son énervement, il a brisé des vitres de l'appartement", explique-t-elle sur notre antenne.

Convulsions

Alors que l'homme est menotté et transporté dans le véhicule de police, il se met à convulser. Les policiers constatent qu'il n'a plus de pouls et lui font un massage cardiaque. Le coeur du quinquagénaire "repart alors, mais il fait un nouvel arrêt cardiaque." L'homme décède finalement avant l'arrivée des pompiers.

Interrogé par BFMTV, un voisin assure que le père de famille "en arrivant, avait directement fait part de ses problèmes de santé", selon Anthony. 

"On pense que ça se serait passé autrement si la police avait fait preuve d'un tout petit peu plus de tact envers lui, sa femme et ses enfants", regrette-t-il à notre micro.

Des accusations balayées par Laëtitita Philippon:

"Au moment où il était maîtrisé dans l'appartement puisqu'il s'était blessé aux mains en brisant des vitres et en essayant de s'en prendre à l'huissier, des témoins ont dit 'faites attention il est malade. Mais nous n'avions pas connaissance qu'il pouvait souffrir d'une pathologie importante. Cela n'est d'ailleurs pas encore déterminé, c'est l'enquête qui le déterminera", estime-t-elle.

Propositions de logement plusieurs fois refusées

D'après le parquet, l'homme "avait refusé toutes les propositions de logement qui lui avaient été faites depuis son arrivée à Chambéry au mois d'août 2017 choisissant de s'installer dans cet appartement inoccupé. Il avait également refusé l'aide des services sociaux et la famille était suivie par le Juge des Enfants de Chambéry."

Les services sociaux ont depuis pris en charge la famille, qui a été relogée, et les policiers font également l'objet d'un suivi psychologique. Pour la directrice départementale de la sécurité publique, "c'est un drame terrible pour la famille et un choc important pour les policiers."

Les inspecteurs de l'IGPN ont commencé leur enquête jeudi matin, tandis que Thierry Dran a ouvert une enquête pour recherche des causes de la mort. Une autopsie devait être réalisée dans la journée.

Esther Paolini avec AFP