BFMTV

Michael Schumacher toujours dans un état "critique"

Sabine Kehm, la porte-parole de la famille Schumacher, lors d'une conférence express, devant le CHU de Grenoble, mercredi 1er janvier.

Sabine Kehm, la porte-parole de la famille Schumacher, lors d'une conférence express, devant le CHU de Grenoble, mercredi 1er janvier. - -

Pas de nouveauté dans l'état de santé du champion, qui reste "stable", c'est ce qu'a annoncé ce mercredi, son attachée de presse, au cours d'un point devant le CHU de Grenoble.

Le plus grand champion de l'histoire de la Formule 1, Michael Schumacher était mercredi dans un état "stable" après 72 heures de soins intensifs. Ce qui est une "bonne nouvelle" vu l'extrême gravité de ses blessures.

Sabine Kehm, attachée de presse de Michael Schumacher et très proche de la famille, a déclaré que la situation du pilote était "stable cette nuit et ce matin", ajoutant que c'était une "bonne nouvelle", mercredi devant le CHU de Grenoble.

"Il n'y aura une conférence de presse que s'il y a du changement" dans la situation, a-t-elle ajouté au cours d'une très brève déclaration devant une marée de micros et de caméras.

"Seul Dieu peut l'aider"

"La situation reste critique", a-t-elle insisté en précisant que "la famille avait passé la nuit" près de Michael Schumacher et qu'elle ne ferait aucun autre commentaire.

Sabine Kehm a fait cette déclaration à plusieurs reprises en anglais et en allemand pour répondre aux nombreuses sollicitations des journalistes qui se pressaient sur le parvis du CHU, dont de nombreux représentants de médias étrangers.

Je crois qu'il y a quelqu'un là-haut, qui essaie de l'aider dans cette situation (...) Michael ne peut pour le moment rien faire", a déclaré Niki Lauda, ex-champion de Formule 1 à l'hebdomadaire allemand Die Zeit, à paraître jeudi.

"Seul 'Dieu' peut l'aider", a ajouté l'ex-champion, qui fut lui-même victime d'un grave accident au volant de sa F1 lors du Grand Prix d'Allemagne en 1976.

Pronostic vital toujours engagé

Mardi, l'état de Schumacher était toujours "considéré comme fragile", avait souligné le Pr Jean-François Payen, chef du service réanimation du CHU de Grenoble/La Tronche, où est hospitalisé l'ancien pilote.

Son collègue, le Pr Emmanuel Gay, chef du service de neurochirurgie, jugeait pour sa part que le pronostic vital du septuple champion du monde de F1 demeurait engagé.

Une lueur d'espoir est toutefois apparue mardi matin, lorsque l'équipe médicale a annoncé avoir réalisé dans la nuit une deuxième opération réussie sur le champion, permettant d'"évacuer un hématome" situé à l'intérieur de son cerveau.

M. R.