BFMTV

Meurtre d'Isabelle Mesnage: Jacques Rançon, déféré ce matin, va être présenté à des juges d'instruction

Jacques Rançon est suspecté du meurtre d'Isabelle Mesnage.

Jacques Rançon est suspecté du meurtre d'Isabelle Mesnage. - AFP

Jacques Rançon a été déféré ce jeudi matin au tribunal de grande instance de Béziers. Celui qui a été surnommé "le tueur de la gare de Perpignan" va être présenté à des juges d'instruction en charge de l'enquête sur le meurtre d'Isabelle Mesnage.

La garde à vue de Jacques Rançon a été levée ce matin. L'homme, déjà condamné pour deux meurtres à Perpignan à la fin des années 90, a été déféré ce jeudi matin au tribunal de grande instance de Béziers. Il va être présenté dans la journée aux juges d'instruction d'Amiens en charge de l'enquête sur le meurtre d'Isabelle Mesnage, commis en 1986, a appris BFMTV de source judiciaire.

Jacques Rançon a été extrait de sa cellule de la maison d'arrêt de Béziers, où il purge sa peine de réclusion criminelle à perpétuité, mardi matin pour être placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie. Les gendarmes de la Section de recherche d'Amiens l'ont interrogé sur le meurtre d'Isabelle Mesnage, une informaticienne de 20 ans retrouvée morte sur un chemin de terre à Corbie, près d'Amiens. la jeune femme a disparu le 28 juin 1986, alors qu'elle rentrait d'un match de tennis. Son corps avait été retrouvé quelques jours plus tard, mutilé.

La justice avait conclu à un non-lieu en 1992. Mais l'acharnement du père de la jeune victime, appuyé par ses avocats, avait conduit le parquet d'Amiens a rouvrir le dossier en 2018. Une information judiciaire a été ouverte au mois d'octobre de cette même année.

Les nouveaux actes d’enquêtes réalisés par les gendarmes de la section de recherche d’Amiens ont permis d’établir la présence de Jacques Rançon à l’époque du meurtre d’Isabelle Mesnage: ce dernier habitait à quelques kilomètres de là où a été retrouvé le corps en 1986. En 1994, l’homme a d’ailleurs été condamné pour un viol commis dans la région en 1992.

Un autre élément a apporté plus de crédit à l’hypothèse Rancon. Une autopsie réalisée sur le corps d’Isabelle Mesnage a permis d’établir des similitudes avec le mode opératoire utilisé par Jacques Rançon pour tuer deux jeunes femmes en 1997 et 1998 à Perpignan.

"Ce que les médecins légistes à l'époque n'avaient pas vu, c'est qu'Isabelle Mesnage a subi des mutilations terribles que l'on retrouve chez les anciennes victimes de Jacques Rançon", confirme Me Didier Seban, l’avocat du père d’Isabelle Mesnage.
Justine Chevalier