BFMTV

Metz: un procès pour homophobie ou pour régler des comptes?

BFMTV

Quatre membres d'une famille ont comparu mardi soir à Metz, prévenus d'avoir voulu inciter un proche au suicide parce qu'il était homosexuel mais le parquet a requis leur relaxe en raison de la minceur des éléments à charge. Le tribunal correctionnel a mis sa décision en délibéré au 23 juin.

Les quatre prévenus, une nièce du plaignant, deux neveux et un parent éloigné, âgés de 25 à 34 ans, ont tous nié à la barre les accusations d'homophobie. Ils ont également nié être les auteurs des courriers anonymes adressés à la victime présumée, Jean-Luc Tritz, 42 ans, à la santé fragile. "Je te souhaite un bon anniversaire pour tes 38 ans, avant que tu mettes fin à tes jours le plus vite possible (...) connard PD", disait un courrier anonyme qui lui avait été adressé en octobre 2010. "Suicide-toi", "On te mettra la pression", "Qu'est-ce que tu attends pour passer le cap, tu es gênant pour nous, frères et soeurs, nièces, neveux", affirmaient d'autres courriers dans les mois suivants. Ou encore: "Ne te présente plus dans la famille, la honte pour nous d'avoir une tarlouse parmi nous".

Ces lettres, Jean-Luc Tritz "a très bien pu les écrire lui-même, ou les faire écrire par un ami", a soutenu sa nièce à la barre, estimant que son oncle était "mal dans sa tête", "procédurier" et d'une "jalousie maladive". Le représentant du parquet a demandé la relaxe pour chacun d'entre eux, car "on n'a pas d'aveux, pas de preuves définitives", a-t-il déclaré, citant notamment le flou des conclusions d'une expertise graphologique.

la rédaction avec AFP