BFMTV

Marée populaire: 24 interpellations en début de cortège

Marée populaire à Paris le 26 mai 2018

Marée populaire à Paris le 26 mai 2018 - Capture BFMTV

Le dernier bilan de la préfecture de police de Paris fait état de 43 interpellations et de 36 gardes à vue.

La manifestation parisienne de la "marée populaire", à l'appel d'une soixantaine de syndicats, partis de gauche et associations contre la politique d'Emmanuel Macron, s'est ébranlée peu après 14h30 samedi. Plusieurs milliers de personnes ont défilé au départ de la gare de l'Est en direction de la place de la Bastille.

La préfecture de police de Paris avait prévenu dès vendredi qu'elle procéderait à de "nombreux contrôles" en amont du cortège pour détecter d'éventuelles armes et personnes violentes. Selon un dernier bilan de la PP (préfecture de police) à 18h30, 43 personnes ont été arrêtées - dont 32 en amont de la manifestation - et 36 d'entre elles ont été placées en garde à vue, notamment pour port d'arme, rébellion ou participation à un groupement en vue de commettre des violences.

Quelques brefs heurts ont opposé des manifestants cagoulés aux forces de l'ordre qui ont répondu aux jets de projectiles par des tirs de gaz lacrymogène. Selon les précisions du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, s'exprimant sur BFMTV, au moins 7 policiers ont été légèrement blessés au cours de heurts avec des manifestants. "Une vitrine et deux abribus ont été dégradés", selon un communiqué de la PP.

"La République aussi coupe des mains"

En milieu d'après-midi, alors que le cortège arrivait place de la République, un des manifestants, vêtu de noir et cagoulé, est monté sur la statue et a tagué sous les vivats de la foule: "La République aussi coupe des mains #Zad #Collomb", a constaté un journaliste de l'AFP. L'inscription se réfère à l'accident survenu à Notre-Dame-des-Landes cette semaine, dans lequel un manifestant a perdu sa main en ramassant une grenade des forces de l'ordre.

Me.R. avec AFP