BFMTV

Marc Machin condamné à du sursis pour recel d'un téléphone volé

Marc Machin lors de son procès en révision devant la cour d'assises de Paris, le 20 décembre dernier.

Marc Machin lors de son procès en révision devant la cour d'assises de Paris, le 20 décembre dernier. - -

Ce marginal avait été condamné puis acquitté d'un meurtre qu'il n'avait pas commis. Mardi, il a été reconnu coupable de recel de vol de téléphone portable et violences.

Marc Machin n'en a pas fini de ses déboires avec la justice. Acquitté en décembre d'un meurtre qu'il n'avait pas commis, après sept ans passés en prison, l'homme de 30 ans est repassé à nouveau devant le juge mardi. Il a été condamné mardi à six mois de prison avec sursis pour recel de vol de téléphone portable et violences par le tribunal correctionnel de Paris,

Ce procès devait initialement se tenir le 4 février dernier, mais avait été renvoyé car son avocat ne pouvant être présent à l'audience. Trois jours plus tôt, Marc Machin avait été interpellé dans le XVIIIe arrondissement de Paris. La police le soupçonnait d'avoir été en possession d'un téléphone Samsung volé, dont il se serait débarrassé peu de temps avant son interpellation.

Huitième acquitté depuis 1945

Ce vol impliquerait d'anciens détenus qui s'étaient connus à la maison d'arrêt de Fresnes. Après son interpellation, Marc Machin avait indiqué qu'il avait eu un "différend" avec la victime, qu'il s'était "emporté", mais qu'il n'avait "rien volé".

Depuis la Seconde Guerre mondiale, Marc Machin est la huitième personne dont l'innocence a été reconnue à l'issue de son procès en révision. Il avait été libéré en octobre 2008 après avoir passé sept ans en prison pour le viol et le meurtre en décembre 2001 d'une femme sur le pont de Neuilly. Les aveux et l'ADN du véritable auteur de ce crime avait permis de le blanchir définitivement le 20 décembre 2012.


A LIRE AUSSI:

>> Marc Machin jugé pour "vol avec violence"

>> Marc Machin en garde à vue dans une affaire de recel

>> Marc Machin acquitté à l'issue de son procès en révision