BFMTV

Loire: quatre militants en garde à vue pour l'effraction de la permanence d'un député PS

Henri Leclaire.

Henri Leclaire. - AFP

Quatre militants des Jeunesses communistes et de la CGT, suspectés d'être entrés par effraction dans la permanence d'un député PS en marge d'une manifestation contre la loi Travail, ont été placés en garde à vue ce jeudi au commissariat de Saint-Etienne.

Parmi les quatre militants placés en garde à vue au commissariat de Saint-Etienne ce jeudi, trois d'entre eux ont été interpellés chez eux alors que le quatrième, qui se savait recherché, s'est présenté de lui-même, selon une source policière. Il s'agit de trois hommes et d'une femme, âgés de 24 à 29 ans, qui militent aux Jeunesses communistes - dont leur responsable dans la Loire - ou à la CGT, ont précisé ces organisations. Ils sont suspectés d'être entrés par effraction dans la permanence d'un député PS

Accusés "de violences, menaces de mort et outrage"

"Ce ne sont pas des voyous, pas des casseurs. Ce n'est pas une façon de traiter sa jeunesse de les interpeller à 6h du matin à leur domicile", a dénoncé le secrétaire général de l'union départementale CGT de la Loire, Jean-Michel Gourgaud, en face du commissariat où les quatre militants étaient entendus. Quelque 150 personnes s'y sont rassemblées à midi en soutien à l'appel de plusieurs organisations de gauche, avant de quitter les lieux en milieu d'après-midi. Selon le parquet, les quatre militants répondent d'accusations "de violences, menaces de mort et outrage" émanant de policiers.

A.M avec AFP