BFMTV

Les "dames pipi" parisiennes obtiennent gain de cause en justice

Les prud'hommes (illustration).

Les prud'hommes (illustration). - AFP

Elles poursuivaient le nouveau gestionnaire de plusieurs toilettes de lieux touristiques de la capitale pour avoir refusé de les embaucher en 2015.

Six "dames pipi" de la ville de Paris, qui poursuivaient le gestionnaire de plusieurs toilettes de lieux touristiques parisiens pour avoir refusé de les embaucher en 2015, ont obtenu gain de cause, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

En juillet 2015, les toilettes de lieux comme la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, la Cathédrale Notre-Dame de Paris ou la Place de l'Etoile avaient changé de gérant, tombant dans l'escarcelle de la société néerlandaise 2theloo.

Cette dernière avait refusé de reprendre les onze "dames pipi" y travaillant jusque-là, arguant que son activité principale ne relevait "pas de la propreté" mais consistait en "l'exploitation commerciale de sites", avec un service "différent" de "toilettes-boutiques" proche des "conciergeries de luxe".

10.000 euros de dommages et intérêts

Finalement, six d'entre elles viennent de remporter une bataille devant le tribunal des prud'hommes, compétent pour tous les litiges concernant le code du travail, qui a considéré que leur contrat "aurait dû faire l'objet d'un transfert à la SAS 2theloo France".

Dans l'une de ces décisions que l'Agence France-Presse (AFP) a pu consulter, la justice a décidé d'indemniser l'une de ces femmes à hauteur de "10.000 euros" à titre des dommages et intérêts pour "préjudice moral". Le montant des indemnités des autres demandeuses n'a pas été rendu public.

"L'accès à une même clientèle" mais aussi la poursuite d'"une activité de même nature indépendamment des règles d'organisation, de fonctionnement et de gestion" de l'entité économique, font que les contrats de travail auraient dû être transférés chez 2theloo, selon la décision.

Un fort retentissement médiatique

En 2015, les onze salariées qui s'étaient retrouvées sur le carreau avaient de 12 à 32 ans d'ancienneté. Ni licenciées ni reprises par le nouveau gestionnaire, elles n'avaient pu prétendre à une indemnité chômage et s'étaient trouvées entre début juillet et la rentrée sans revenus.

La mairie de Paris s'était engagée à accompagner ces salariés "vers une solution professionnelle stable". De fait, dans la décision consultée par l'AFP, on apprend que la personne concernée a été embauchée en janvier 2016 par la ville de Paris.

Cette affaire avait eu un écho médiatique et mis en lumière certaines pratiques ayant cours dans le secteur de la propreté où les contrats basculent d'une société à l'autre au gré des appels d'offres.

F.B. avec AFP