BFMTV

Leonarda aurait-elle trouvé une faille pour rentrer en France?

Leonarda affirme que sa famille reviendre un jour ou l'autre en France.

Leonarda affirme que sa famille reviendre un jour ou l'autre en France. - -

Valeurs actuelles affirme que la jeune kosovare et sa famille sont en train de changer de nationalité pour circuler librement en Europe et revenir dans l'Hexagone. Si Laurent Fabius dément catégoriquement, dans les faits, c'est plus compliqué.

"Cette question est réglée", affirmait récemment François Hollande, au sujet de l'affaire Leonarda Dibrani, cette jeune rom originaire du Kosovo interpellée lors d'une sortie scolaire puis expulsée avec sa famille à la fin de l'année 2013.

Apparemment, le président de la République a peut-être parlé un peu vite... D'après Valeurs actuelles, la famille Dibrani est en train de changer d'identité afin d'obtenir une nouvelle nationalité, serbe ou croate, afin de pouvoir revenir en France. Une information qui émane d'une note confidentielle rédigée par les services de renseignements français rattachés à l'Ambassade de France au Kosovo.

Leonarda confirme

"On rentrera un jour ou l'autre", a confirmé Leonarda elle-même, jointe au Kosovo par France Info. D'après l'adolescente, sa famille attend "le renouvellement" de leurs papiers croates, ce qui leur permettrait d'aller "où l'on veut, parce que c'est l'Europe", a-t-elle encore affirmé.

Hors de question, pour Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, lui aussi interrogé par la radio publique. "Cette dame et sa famille, qui n'ont pas leur place en France, n'auront pas leur place en France, point à la ligne", a déclaré le chef de la diplomatie. Et si les Dribani devenaient croates ou serbes? Impossible, selon le ministre: "On ne peut pas faire des fraudes à la nationalité. A partir du moment où il y a une tentative de fraude, ce sera non."

Un changement de nom parfaitement légal

Sauf qu'en l'état, rien ne peut confirmer qu'il s'agisse d'une fraude. D'après la note transférée par les Services de sécurité intérieure français, le père de Leonarda, Reshat Dibrani, a changé son nom de famille pour Tahiri, tiré du patronyme d'un de ses frères installé actuellement en Croatie.

Or, il est possible d'adopter un nouveau nom de famille tous les 5 ans au Kosovo, comme le précise ce rapport dévoilé par Valeurs actuelles. Il est également apparu que Reshat Dribani-Tahiri s'est récemment rendu en Serbie, voir un autre frère.

Si la famille arrive à changer légalement de nationalité et obtient des papiers d'identité croates ou serbes, la France pourrait-elle leur interdire l'entrée sur le territoire? "Pas si simple", selon Marie-Laure Basilien-Gainche, spécialiste du droit européen, "passablement étonnée" par les affirmations de Laurent Fabius. S'ils deviennent croates, "ils seront alors citoyens de l'Union européenne", la Croatie étant le dernier pays à avoir rejoint l'UE, le 1er juillet 2013.

Libre circulation en Europe

N'étant en revanche pas dans l'espace Schengen, les ressortissants croates n'ont pas la possibilité de rester plus de trois mois dans un autre pays, sauf s'ils trouvent un travail sur place. "C'est exactement ce qu'il se passe avec la Roumanie et la Bulgarie", détaille l'universitaire. "Mais dans ce cas, je ne vois pas comment on pourrait leur interdire l'entrée en France puisqu'ils auront la libre circulation en Europe."

Le constat est à peu près similaire pour la Serbie, même si c'est plus compliqué. Depuis fin 2009, ce pays des Balkans, qui n'est pas intégré à l'Union européenne, est sur la "liste blanche" de Schengen. C’est-à-dire que même s'il ne fait pas partie de l'espace, les Serbes peuvent y entrer sans visa. "Toutefois, d'autres garanties peuvent être demandées pour passer, comme le fait d'avoir des ressources financières suffisantes et des assurances santé", nuance Maire-Laure Basilien-Gainche. Ce qui ne semble pas être le cas de Leonarda et sa famille.

Un timing suspect

Affaire #Léonarda : le scandale qui embarrasse les politiques à 4 jours des européennes >> http://t.co/185mhRwVxm
— Valeurs actuelles (@Valeurs) 21 Mai 2014

Dans un cas ou dans un autre, tout est au final bien hypothétique. Et, comme le note France info, on peut s'interroger sur l'intérêt de dévoiler une telle note, qui date du mois de février, à quelques jours des élections européennes de mai...

Jérémy Maccaud