BFMTV

Le "mur des cons" au Syndicat de la magistrature fait polémique

Le "mur des cons" visible dans les locaux du Syndicat de la magistrature

Le "mur des cons" visible dans les locaux du Syndicat de la magistrature - -

Une vidéo tournée dans le local du Syndicat de la magistrature montrant des photos de personnalités, regroupées sous le titre "mur des cons" a provoqué mercredi l'indignation de la droite.

Des images filmées dans les locaux du Syndicat de la magistrature ont dévoilé l'existence d'un "mur des cons". Celui-ci a été découvert par un juge "apolitique et non syndiqué" alors qu'il accompagnait un collègue au siège, révèle mercredi le site Atlantico.

Sur ce panneau d'affichage sont épinglés des dizaines de photos de personnalités pour la plupart à droite comme par exemple Michèle Alliot-Marie, Nadine Morano, le magistrat Philippe Courroye, le criminologue Alain Bauer, l'ancien ministre et ex-entraîneur du XV de France Bernard Laporte, Alain Minc, Jacques Attali, etc.

Certains ont des mentions spéciales, à l'image de Brice Hortefeux, qui se voit affublé d'un autocollant Front national et désigné comme étant "L'homme de Vichy". Des "messages de service" explicites sont aussi visibles sur ce mur: "avant d'ajouter un con, vérifiez qu'il n'y est pas déjà", prévient encore une affichette.

"Diligenter une enquête"

Un "tableau de chasse" qui provoque l'indignation à droite. Jean-François Copé a demandé mercredi à la ministre de la Justice, Christiane Taubira, de "diligenter une enquête". "C'est indigne, c'est un scandale absolu", a déclaré le président de l'UMP, assimilant ce mur de photos à une "liste noire" qu'aurait établie le SM.

Pour sa part, le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a pressé François Hollande de rendre des comptes. "Dans ces conditions, je vous remercie de m'indiquer quelles décisions vous prendrez vous-même (...) ou quelles instructions vous donnerez à votre garde des Sceaux afin que le Conseil supérieur de la Magistrature soit saisi dans les plus brefs délais de cette affaire", écrit l'élu dans une lettre au président de la République rendue publique ce matin.

Thierry Mariani, ancien ministre UMP, dénonce à son tour une "découverte stupéfiante" d'un "mur des cons", qu'il rebaptise "mur des cons-pirations".

"Un défouloir"

Du côté du Syndicat, on temporise. Françoise Martres, présidente du Syndicat de la magistrature s'est défendue en expliquant que les images ont été prises "à notre insu dans un lieu privé, notre local syndical, qui n'est pas accessible au public". Elle a qualifié le mur de "défouloir" et d'action de "potache".

"Ce mur a été fait à une ancienne époque, sous l'ère Sarkozy, où les magistrats étaient attaqués de toutes parts", a-t-elle ajouté, en déplorant que ces images aient été filmées "par des journalistes qui n'ont pas respecté leur parole".