BFMTV

Le cardinal Barbarin pourrait être poursuivi pour "non dénonciation de faits de pédophilie"

TEMOIGNAGE BFMTV - L’une des victimes d’agressions sexuelles du père Preynat dans les années 90 a décidé de porter plainte contre l'archevêque de Lyon, l’une des têtes de l’église catholique en France. A travers son association la Parole libérée, il dénonce le fait que le cardinal ait maintenu le prêtre pédophile dans ses fonctions en dépit de son passé. BFMTV l'a rencontré.

François Devaux a été victime d’agression sexuelle en 1990 par le père Bernard Preynat alors qu’il était jeune scout. A l’époque, ses parents avertissent l’Eglise, le curé est alors affecté à d’autres fonctions. L’histoire aurait pu s’arrêter là mais il y a quelques mois, le jeune père de famille découvre ce qu’est devenu son agresseur. 

"Doyen jusqu'en août 2015"

"Pour la première fois de ma vie, j'ai tapé sur Google le père Bernard Preynat et j'ai vu qu'il était doyen jusqu'en août 2015 et qu'il donnait des cours de catéchisme à des petits enfants", rapporte-t-il.

Le lendemain, il contacte l'archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, qui a nommé le prêtre pédophile à ce ministère: "Je lui ai dit qu'il fallait qu'on fasse une communication main dans la main pour dénoncer ces erreurs qui ont été faites sur le diocèse de Lyon".

"On marche sur la tête"

Le cardinal lui répond alors avoir eu connaissance de faits d’agressions seulement en 2014 et avoir démis Bernard Preynat de ses fonctions l’année suivante. Mais dans une interview accordée au journal La Croix cette semaine, l’archevêque avoue avoir été mis au courant bien avant.

"Une personne qui avait grandi à Sainte-Foy-lès-Lyon m'a parlé des comportements du père Preynat, vers 2007-2008", reconnait-il dans l'article publié le 10 février. "On a à faire à des gens qui placent des gens qu'ils savent pédophiles aux côtés de nos enfants. On marche sur la tête", s'indigne François Devaux. Il a décidé de porter plainte contre le cardinal pour "non dénonciation de faits de pédophilie", pour que ce type d’affaire ne se reproduise plus.

E. M. avec Elsa Trannin et Thomas Couderc (vidéo)