BFMTV

Le bijoutier de Sézanne témoigne pour la première fois

Eric Beyle, bijoutier de Sézanne, qui a abattu son braqueur jeudi, témoigne samedi pour la première fois.

Eric Beyle, bijoutier de Sézanne, qui a abattu son braqueur jeudi, témoigne samedi pour la première fois. - -

Eric Beyle, le bijoutier qui a abattu jeudi son braqueur à Sézanne, dans la Marne, revient pour la première fois sur son agression. Il dit avoir tiré pour se défendre.

"Il avait une allure louche et un sac à la main", raconte Eric Beyle, bijoutier à Sézanne, dans la Marne, qui a abattu jeudi un homme qui tentait de le braquer.

Après 48 heures de garde à vue, le bijoutier a été remis en liberté. Il évoque pour la première fois la scène. "Il demande à voir un bracelet, décrit-il, parlant de son agresseur, et au moment où je prends le bracelet, c'est là que tout va très vite, il me saute dessus, il sort une arme, je ne sais pas d'où, tout en me poussant. J'ai fait marche arrière. dans le même temps, j'ai vu le canon de l'arme, un gros canon, sans savoir exactement ce que c'était".

"Je suis quand même très triste qu'il y ait eu la mort d'un homme"

C'est alors qu'il a pu sortir son arme, l'armer, et tandis que le braqueur continuait d'avancer vers lui, tirer. "J'ai tiré pour me défendre, assure Eric Beyle. J'ai tenté un peu le tout pour le tout, parce que je savais qu'il pouvait tirer à n'importe quel moment", explique-t-il pour justifier son geste. "Je suis quand même très triste qu'il y ait eu la mort d'un homme. Rien ne justifie ça", poursuit le bijoutier.

"Cette affaire est entre les mains de la justice, qui a pour travailler une vidéo. A l'évidence, cette vidéo permettra de démontrer qu'il s'agit d'un cas d'école de légitime défense", a souligné Me Dupond-Moretti, son avocat.

"Pour le reste, on ne veut pas de récupération, pas d'instrumentalisation. Cet homme n'est pas fier et n'arbore pas le cadavre de sa victime comme un trophée. Il est bouleversé par ce drame humain", a également indiqué l'avocat.

M. R. avec Emilie Louben