BFMTV

L'avocat de Maurice Agnelet évoque un possible pourvoi en cassation

Me François Saint-Pierre, avocat de Maurice Agnelet, vendredi.

Me François Saint-Pierre, avocat de Maurice Agnelet, vendredi. - -

Maurice Agnelet a été condamné vendredi par la cour d'assisses d'Ille-et-Vilaine à vingt ans de réclusion criminelle pour l'assassinat d'Agnès le Roux, une riche héritière d'un casino niçois qui a mystérieusement disparu en 1977. Juste après le verdict, son avocat confie les possibles stratégies judiciaires pour la suite, tandis que la famille de la victime regrette de ne pas en savoir plus.

Vendredi, Maurice Agnelet a été condamné à vingt ans de réclusion criminelle pour l'assassinat d'Agnès Le Roux, en 1977. A l'issue du verdict, son avocat, Me François Saint-Pierre s'est longuement exprimé devant les médias. Il a parlé d'une "déception cruelle" pour la défense, mais a précisé que son client avait accueilli ce jugement "avec stoïcisme".

"Aucune preuve ne justifie ce verdict, c'est la convergence d'hypothèses et de suspicions qui l'a motivé", a regretté l'avocat.

Maurice Agnelet "déterminé à se battre"

"Nous examinerons ensemble dès demain l'opportunité d'un pourvoi en cassation", a également indiqué Me Saint-Pierre. "Soit Maurice Agnelet accepte ce verdict, et alors cette affaire est judiciairement terminée. Nous ferons alors une demande de libération conditionnelle dans les mois qui viennent, considérant son âge et son état de santé. Soit Maurice Agnelet refuse cette condamnation, criant son innocence, et alors, la seule voie possible sera un pourvoi en cassation."

"Voyons les perspectives: un nouveau procès ou un recours devant la cour européenne des Droits de l'homme? Cet homme est déterminé à se battre, mais en tant qu'avocat, j'ai le devoir de lui dire que le chemin le plus rapide vers la liberté, c'est aussi d’acquiescer à ce verdict. Lui seul sait ce qu'il souhaite faire et ce qu'a été le passé".

"C'est un point final et il était temps"

La famille d'Agnès Le Roux, elle, a salué "un point final" avec la condamnation à 20 ans de prison de Maurice Agnelet, tout en regrettant que l'accusé n'ait pas révélé où était le corps de la victime lors de son troisième procès.

"C'est un point final et il était temps", a déclaré à sa sortie de la salle d'audience Jean-Charles Le Roux, frère d'Agnès, près de 37 ans après la disparition de sa soeur. Jean-Charles Le Roux a estimé que le verdict des assises d'Ille-et-Vilaine constituait "une vérité judiciaire". Mais "Maurice Agnelet détient la vérité, on aurait aimé savoir, notamment pour ma mère, où est le corps d'Agnès", a-t-il dit.

Regrets similaires du côté de l'avocat des parties civiles, Me Hervé Témime. "Je regrette que Maurice Agnelet n'ait pas dit la vérité", a déclaré l'avocat des parties civiles. "Cela aurait permis d'éviter des scènes d'une rare violence, qui n'étaient pas nécesssaires."

Alexandra Gonzalez