BFMTV

Jihad: la mère d'un jeune parti en Syrie salue le plan de lutte du gouvernement

Meriam, le mère d'un jeune parti pour le jihad en Syrie.

Meriam, le mère d'un jeune parti pour le jihad en Syrie. - -

La mère d'un jeune homme de 18 ans parti faire le jihad en Syrie s'est félicitée de l'annonce d'un plan gouvernemental visant à empêcher le départ de jeunes Français vers la Syrie et qui sera dévoilé mercredi.

Mériam est la mère de l'un de ces jeunes Français qui ont décidé de fuir leur pays pour aller pour faire la guerre en Syrie, auprès des combattants jihadistes. Son fils est parti trois jours seulement après avoir fêté ses 18 ans. Aujourd'hui, quand elle regarde une photo de lui, elle ne le reconnaît plus et reste accablée par la situation. Mais pour elle, à l'instar de son fils, ces jeunes Français jihadistes sont également des otages: "Ils ne se rendent pas compte de ce qu'ils sont en train de faire", assure Mériam.

François Hollande a indiqué mardi que la France prendrait "toutes les mesures pour dissuader, empêcher, punir ceux ou celles" qui seraient tentés par le jihad. Le président de la République prévoit un recours à la cybersécurité pour enrayer le phénomène.

Une décision saluée par Mériam: "Il faut contrôler Internet, il faut arrêter toutes ces vidéos de fanatiques", déclare-t-elle. Mercredi, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve doit présenter des mesures visant à empêcher des Français d'aller combattre en Syrie, tout en aidant aider davantage les familles concernées.

"Mon fils a été endoctriné"

Pour la mère de famille, le rétablissement de l'autorisation de sortie du territoire pour les mineurs est une priorité. Selon elle, ces jeunes sont victimes d'un endoctrinement, que les autorités devraient être capables d'anticiper. Un travail en amont donc, qui doit être effectué de manière plus rapide. Des cas comme celui de son fils ont déjà été signalés; Mériam regrette ainsi que de telles mesures n'aient pas été prises plus tôt. Selon le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, on dénombre aujourd'hui quelque 500 français devenus djihadistes en Syrie.

C. D. avec Johanne Portal et Benoit Durant-Kriegel et Benoit Ruiz