BFMTV

"Je veux bien l'affronter": la mère de la petite Maëlys attend que Lelandais "assume ses actes"

Jennifer Maeco de Araujo, la mère de la petite Maëlys, a exprimé ce lundi, sur BFMTV, ses doutes et ses attentes avant le procès de Nordahl Lelandais pour le meurtre de sa fille, qui doit se tenir en 2022.

Une semaine après que Nordahl Lelandais a été condamné à une peine de 20 ans de prison, dans l'affaire du meurtre d'Arthur Noyer, Jennifer Maeco de Araujo se confie à BFMTV. La mère de Maëlys a expliqué, dans cette interview diffusée ce lundi, ce qu'elle attend du procès du maître-chien, poursuivi pour le meurtre de sa fille en 2017.

"J’ai envie de lui demander d'assumer ses actes et de dire la vérité. Mais je ne sais pas s’il va l’entendre. Il a brisé toute ma famille et celle d’Arthur aussi. J'aimerais qu’il dise enfin comment ça s’est réellement passé, ce qu’il a fait. J’espère qu’il ne va pas dire que c’est Maëlys qui l’a agressé, par exemple, parce que là ce serait l’apocalypse", explique la mère de la petite fille.

"Une fille timide et pudique"

Jennifer Maeco de Araujo assure avoir une "conviction". Celle que la fillette "n'est pas montée d'elle-même dans la voiture" de Nordahl Lelandais et qu'elle a été "enlevée".

"Maëlys n'a pas cherché à aller voir ses chiens", en particulier "en pleine nuit, à 3h du matin, dans un endroit inconnu", estime Jennifer Maeco de Araujo. "Ce n'était pas du tout dans son tempérament de partir avec quelqu'un qu’elle ne connaît. Elle était une fille timide et pudique, donc elle ne serait jamais partie avec lui de son plein gré", est-elle persuadée.

La mère de la petite fille dit penser que le suspect de 38 ans "a dû l’agresser sexuellement comme il l’avait fait avec ses petites cousines une semaine auparavant". "Mais ça il ne le dira jamais, il ne veut pas aggraver sa peine de prison", juge-t-elle.

Elle s'attend à un procès "tendu et difficile"

Le procès, qui doit se dérouler à Grenoble en 2022, va être "un moment tendu et difficile", selon Jennifer Maeco de Araujo, qui n'appréhende pas pour autant d'être confrontée au maître-chien: "Je l’ai déjà vu lors de la reconstitution, c’est plus par rapport à ma famille que je suis inquiète. Il ne me fait pas peur. Je veux bien l’affronter et le regarder."

La mère de Maëlys espère que Nordahl Lelandais "sera condamné à la plus haute peine qu’il mérite et que son avocat ne fera pas appel". "Revivre un deuxième procès ce serait une autre épreuve. Et je pense qu’on en a traversé assez", a-t-elle ajouté.

Après le procès, la fillette "sera toujours avec (elle) dans (son) cœur, dans (son) âme, et dans (son) sang", a, enfin, assuré Jennifer Maeco de Araujo.

Clément Boutin Journaliste BFMTV