BFMTV

"Je souffre sans haine": les mots bouleversants du compagnon du policier tué

Un hommage national a été rendu ce mardi à Xavier Jugelé, le policier tué jeudi sur les Champs-Elysées lors d'une attaque terroriste.

Un moment d'émotion et de très grande dignité. Etienne Cardiles, le compagnon du policier tué jeudi sur les Champs-Elysées, a livré un discours "sans haine" lors de l'hommage national rendu ce mardi dans la cour de la préfecture de police de Paris à Xavier Jugelé. "Je souffre sans haine, a-t-il assuré, reprenant les mots d'Antoine Leiris qui a perdu sa femme lors des attentats du 13 novembre. Cette haine je ne l'ai pas car elle ne te ressemble pas."

Etienne Cardiles est revenu sur les derniers instants vécus avec son compagnon. "Xavier, jeudi matin, comme de coutume, je suis parti travaillé et tu dormais encore", a-t-il débuté. Parlant des échanges de messages interminables au cours de cette tragique journée au sujet des vacances que le couple préparait et attendait, Etienne Cardiles a confié la passion de Xavier Jugelé pour son travail. "Ce type de mission, je le sais, te plaisait parce que c’était les Champs-Elysées, l’image de la France, parce que c’était aussi la culture."

"A cet instant, à cet endroit, le pire est arrivé, a confié Etienne Cardiles. Tu as été emporté sur le coup et je remercie ta bonne étoile (...). Je suis rentré le soir, sans toi, avec une douleur extrême et profonde qui s’apaisera peut-être un jour (...). Lorsque sont parus les premiers messages informant les parisiens qu’un événement grave était en cours sur les Champs-Elysées, et qu’un policier avait perdu la vie, une petite voix m’a dit que c’était toi."

Homme de valeurs

Parlant d'"une vie de joie et d'immense sourire", le compagnon de Xavier Jugelé, abattu de deux balles dans la tête alors qu'il était en mission pour sécuriser l'Office de tourisme de Turquie sur les Champs-Elysées, a rappelé l'engagement de ce dernier. "L’intérêt général, le service des autres et la protection de tous faisait partie de ton éducation et de tes convictions, a-t-il détaillé. La conviction, le dialogue et la tempérance étaient tes meilleures armes." Il a aussi parlé de l'homme: un amateur de cinéma, de musique et de théâtre.

Etienne Cardiles, qu'Emmanuel Macron est venu saluer, a également eu des mots pour les camarades de la 32e compagnie de la DOPC. "Je voudrais dire à tous tes camarades combien je suis proche d’eux, je voudrais dire à ta hiérarchie combien j’ai vu la sincérité dans ses yeux et l’humanité dans ses gestes, a-t-il exprimé. Je voudrais dire à tous ceux qui luttent pour éviter ces événement, que je connais leur culpabilité et leur sentiment d’échec, et de continuer à lutter pour la paix."

Avant de lancer un appel: "Restons tous digne. Veillons à la paix et gardons la paix."

-
- © BFMTV
Justine Chevalier