BFMTV

Ile-de-France: dix nouveaux établissements pénitentiaires construits d'ici à 2027

Le gouvernement a promis la création de 7.000 places de prison d'ici la fin du quinquennat.

Le gouvernement a promis la création de 7.000 places de prison d'ici la fin du quinquennat. - Thomas Samson - AFP

D'après la nouvelle carte des prisons publiée par le ministère de la Justice ce jeudi, dix nouvelles prisons vont être construites en Ile-de-France et deux vont être réhabilitées.

De nouveaux établissements pénitentiaires vont voir le jour en Ile-de-France et d'autres vont être agrandis ou rénovés, rapporte France Bleu Paris. En effet, le ministère de la Justice a publié ce jeudi la nouvelle carte des prisons en France, alors que l'intention du gouvernement est de créer 15.000 places supplémentaires d'ici 2027.

Structures d'accompagnement et maisons d'arrêt

En Ile-de-France, dix nouvelles prisons vont être construites: six "structures d'accompagnement vers la sortie" et quatre maisons d'arrêt.

En ce qui concerne les structures d'accompagnement, les travaux d'un centre de semi-liberté de 92 places à Nanterre sont déjà en cours, tandis que les autres établissements sont prévus à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), Poissy (Yvelines), Osny (Val-d'Oise), Meaux (Seine-et-Marne) et enfin un sixième dans le Val-de-Marne, sans que la ville exacte qui va l'accueillir soit encore définitivement connue.

Pour les quatre maisons d'arrêt qui seront construites d'ici 2027, elles ouvriront au total 2600 places de prison supplémentaires. La nouvelle prison de Melun accueillera 700 places, tout comme celle de Noiseau, dans le Val-de-Marne, et celle de Tremblay-en-France en Seine-Saint-Denis. Enfin, la dernière maison d'arrêt d'Ile-de-France verra le jour dans le Val-d'Oise mais son lieu définitif n'est pas encore déterminé. Elle comptera quant à elle 600 places.

Deux établissements réhabilitées d'ici 2022

Deux établissements seront eux réhabilités d'ici à 2022 comme l'indique le ministère de la Justice. Il s'agit de la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), ainsi que de la prison de la Santé, à Paris.

La prison de Fresnes, cet établissement pénitentiaire considéré comme l'un des plus vétustes et surpeuplés de France ne semble pas sur la liste malgré l'appel des syndicats et des élus qui réclament depuis des mois sa rénovation. En cause, les rats et les punaises de lit qui ont pris possession des lieux, et un taux d'occupation de 200% de la prison, avec 2000 détenus pour à peine plus de 1000 places.

M. F.