BFMTV

"Il y a eu des coups de feu et des gens qui couraient un peu partout": à Strasbourg, des habitants témoignent

Strasbourg, ce 12 décembre 2018.

Strasbourg, ce 12 décembre 2018. - BFMTV

Des coups de feu à proximité du marché de Noël de Strasbourg par un homme armé ont fait trois morts, selon le ministre de l'Intérieur. Des riverains témoignent du moment de panique qu'ils ont vécu.

Aux alentours de 20 heures, des coups de feu ont retenti dans le centre-ville de Strasbourg, à proximité du très fréquenté marché de Noël, rue des Orfèvres. 

Au milieu de la nuit, le ministre de l'Intérieur évoquait trois morts et douze blessés, dont six en urgence absolue. Un drame et un moment de panique pour de nombreux riverains. Témoignages. 

"Il y a eu des coups de feu et des gens qui couraient un peu partout"

"Il y a eu des coups de feu, il y avait des gens qui courraient partout, ça m'a beaucoup choqué. Trois camionnettes de police et une voiture sont arrivés pour protéger la population. Ça a duré une dizaine de minutes". 

"D'un coup, les gens sont tous rentrés dans le restaurant, ils criaient et on ne comprenait pas ce qu'il se passait"

"Il était à peu près 20 heures, on tient un restaurant dans le centre-ville, pas loin des arcades. J'étais devant le bar, devant les vitrines, d'un coup il y a eu énormément de monde qui est passé devant le restaurant en courant. Ce qui m'a choqué c'est que c'était des personnes âgées. C'était un groupe de 20-30 personnes, qui allaient toutes dans le même sens. Ils sont rentrés dans le restaurant, on ne comprenait pas ce qui se passait. 

D'un coup, un monsieur nous a dit que ça tirait de partout. On a rentré tous les gens de l'extérieur et on a fermé le restaurant à clé. Après, avec un collègue, nous sommes allés voir les policiers, et on a vu qu'il y avait deux ou trois victimes. Le policier nous a dit de rentrer, d'éteindre les lumières, de protéger les clients à l'arrière. Les policiers sont venus nous voir pour nous demander de bien rester confinés." 

"J'ai vu des gens courir, affolés, des enfants qui pleuraient"

"J'ai entendu d'abord plusieurs coups de feu. Je me suis dit que c'était peut-être des pétards, ou alors des gens qui attaquent un magasin. J'ai vu plein de gens courir, affolés, des enfants pleurer. Après ils ont dit que ça tirait juste à côté, j'ai pris la fuite, je me suis caché dans un restaurant. 

J'ai d'abord pensé que c'était une manifestation de lycéens dans le centre-ville, et qu'il y avait eu un mouvement de panique. J'ai eu très très peur. C'était des sacrés coups de feu. Puis le mouvement de panique... les policiers disaient de se cacher". 

Ivan Valerio