BFMTV

Il poste la photo d'un de ses cambrioleurs sur Facebook, elle est partagée 150.000 fois

Une enquête a été confiée au commissariat de Moissy-Cramayel. (Photo d'illustration)

Une enquête a été confiée au commissariat de Moissy-Cramayel. (Photo d'illustration) - François Nascimbeni - AFP

Un appareil qui se déclenche en cas d'intrusion a permis de prendre un cliché d'un des cambrioleurs.

Les deux cambrioleurs qui ont dévalisé la maison de Mickaël, un jeune habitant de Savigny-le-Temple, en Seine-et-Marne, ne s'attendaient sans doute pas à cette soudaine notoriété. La photo de l’un d’entre eux, prise par un appareil qui se déclenche en cas d’intrusion et postée par le père de famille en colère sur Facebook, a déjà été partagée plus de 150.000 fois depuis vendredi dernier.

"Vous qui hier soir êtes venus chez moi sans mon invitation. Vous qui êtes venus cambrioler chez moi ! Puis je avoir la raison ?", interroge le jeune homme, joignant une photo d’une pièce saccagée de son domicile ainsi que le portrait d’un des cambrioleurs.

"Quel dégout que vous avez mis, vos sales pattes sur nos affaires, du vol on s'en fiche mais arrivé à ce stade c'est du viol dans notre intimité…", écrit-il dans le post, qui demande aux internautes de "partager un maximum" son statut, mais assure avoir prévenu la police et ne pas vouloir se faire justice lui-même. Prévenu par un voisin qui a entendu l’alarme, Mickaël a dû rentrer prématurément de vacances, rapporte Le Parisien.

"Vous avez sans doute cru que c'était la maison du bonheur"

"Il était tard la nuit, j'étais en vacances, non nous ne sommes pas riches, nous travaillons pendant 11 mois pour pouvoir se payer nos semaines de liberté. Mais vous avez sans doute cru que c'était la maison du bonheur...", s'indigne le jeune homme.

"Ils ont pris nos ordinateurs dont celui de ma femme, professeur des écoles, avec tout son travail à l’intérieur, et aussi des bijoux, mes platines de DJ. Au total, il y en a pour 8 à 9 000 euros de préjudice", a-t-il expliqué au quotidien, auquel il a précisé qu’un deuxième homme est visible sur le cliché qu’ils ont pu récupérer.

Mais ce qui a réellement mis ce père de famille hors de lui, c’est l'énorme désordre laissé par les cambrioleurs dans la chambre de sa fille d’un an et demi. "Vous auriez pu tout me voler (choses que vous avez pratiquement fait) mais la seule chose qui ne fallait pas faire c'était rentrer dans cette chambre et y fouiller ses affaires", assène-t-il dans sa publication Facebook.

Les cambrioleurs ont forcé une porte à l’arrière du domicile pour pénétrer dans les lieux. Le commissariat de Moissy-Cramayel, en charge de l’enquête, aurait aimé plus de discrétion sur l’affaire, précise Le Parisien.

Liv Audigane