BFMTV

Hérault: le mari de la victime pointe des failles de sécurité

Vers 22h30 dans la nuit de jeudi à vendredi, un homme encagoulé, armé d’un fusil à canon scié, a attaqué une maison de retraite de religieux à Montferrier-sur-Lez, près de Montpellier dans l’Hérault. Une employée de l’établissement à été tuée, c’est la gardienne qui a donné l’alerte.

Un homme a fait irruption dans la nuit de jeudi à vendredi dans une maison de retraite de religieux de Montferrier-sur-Lez dans l’Hérault. Une employée de l’établissement a été tuée de trois coups de couteaux. Le suspect, encagoulé, muni d’un fusil à canon scié et d’un couteau est activement recherché par la gendarmerie.

Selon Georges, le mari de la victime, qui a témoigné ce vendredi matin sur RTL, l’établissement n’était pas assez protégé.

“L’entrée n’était pas protégée”, détaille-t-il, avant d’ajouter: “n’importe qui peut rentrer là-dedans, il n'y avait rien de protégé, pas d'alarme ni de gardien".

Le corps de la l’employée de la maison de la retraite a été retrouvée à l’extérieur du bâtiment, après que la gardienne a donné l’alerte.

L’employée, aide soignante dans la maison de retraite Les Chênes Verts, prés de Montpellier travaillait de nuit indique son mari, de 20h jusqu’à 6h30 du matin. Une femme d'une "gentillesse extraordinaire", qui "n'avait aucun problème avec personne", précise son compagnon. 

“Elle était d'une gentillesse... Comment peut-on lui faire du mal comme ça ? Elle est morte, et moi je suis détruit”, confie l’homme.
M.H.