LBD.jpg
 

Selon la commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, cette suspension doit intervenir dans "l'attente d'une révision" de "la doctrine d'emploi des armes de force intermédiaire" par les autorités françaises.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire