BFMTV

Nice: l'armement de la police municipale par des LBD fait polémique

Un policier armé d'un LBD.

Un policier armé d'un LBD. - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Seuls 24 policiers, qui ont suivi une formation spécifique en amont, auront le droit d'utiliser les nouvelles armes.

Alors que la question de l'utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD) est de plus en plus discutée en marge des différents rassemblements de gilets jaunes, la municipalité de Nice semble avoir tranché.

Comme le rapporte Nice Matin, la ville côtière administrée par Christian Estrosi depuis depuis 2008 a décidé, à hauteur de 8183 euros, d'équiper sa police municipale avec ces armes intermédiaires à létalité réduite. 

Une décision très peu goûtée par le conseiller municipal Patrick Allemand, qui auprès du quotidien régional a relaté sa prise de parole lors d'un conseil municipal. S'adressant directement à Christian Estrosi, il lui demande de détailler "la doctrine de la police municipale quand on sait tout ce qui se passe actuellement avec les LBD qui provoquent des blessures vraiment invalidantes."

"Le LBD… très efficace!", lui aurait-il simplement répondu.

Balles en caoutchouc

Reste que, la décision fait polémique, souligne de son côté Henri Busquet, président de la section niçoise de la Ligue des Droits de l’homme. Pour lui, Christian Estrosi tente ici de "créer une police nationale bis." 

"On avait le pistolet 9 mm, la police à cheval, la police à vélo, la police en gyropode, les chiens de la police… Que manquait-il à la panoplie sinon des LBD?", poursuit-il.

Comme le précise encore Nice-Matin, seuls 24 policiers, qui ont suivi une formation spécifique en amont, auront le droit d'utiliser ces LBD. Comme le signale Cynthia Foucault, déléguée FO-Police municipale, les armes ne seront pas les mêmes que celles utilisées lors des manifestations de gilets jaunes. 

"La différence, c’est la munition, nuance le responsable de la police municipale. Nos balles sont en caoutchouc et font 44 mm de diamètre, celles de la nationale sont sphériques et de 40 mm. Nos lanceurs ont une portée maximale de 10 mètres, quand ceux de la nationale tirent jusqu’à 50 mètres", détaille-t-elle. 

De son côté, via un communiqué, Christian Estrosi a déploré des "positions polémiques non fondées qui ne peuvent, en aucun cas, peser sur la responsabilité que nous avons de donner aux policiers municipaux." 

Hugo Septier