BFMTV

Gilets jaunes: deux manifestations prévues à Paris ce samedi

Manifestation des gilets jaunes à Bordeaux le 23 mars 2019

Manifestation des gilets jaunes à Bordeaux le 23 mars 2019 - Georges Gobet - AFP

Deux autres manifestations prévues dans la capitale ont été interdites.

Les gilets jaunes lancent un nouvel "ultimatum" avec un appel à manifester ce samedi à Paris. Comme pour le premier "ultimatum", qui avait donné lieu le 16 mars à des scènes de saccages et de pillages sur les Champs-Elysées, des appels à converger vers la capitale se sont multipliés sur Facebook ces derniers jours. Le plus populaire, avec plus de 5.700 personnes annoncées comme participantes, invite "à se rendre à Paris de manière non pacifique et jaune", sans donner d'heure ni de lieu de rendez-vous.

"La journée a été classée à très haut risque. Des messages de prudence ont été délivrés par la préfecture de police", a expliqué sur notre antenne Emmanuel Grégoire. "On a appelé les commerçants à la vigilance, sachant que le risque est élevé que des mouvements extrémistes se greffent au cortège de manifestants."

Une manifestation autorisée à Paris

Deux manifestations ont été déclarées en préfecture. La première partira à 12h30 de la place du Bataillon du Pacifique, dans le 12e arrondissement, jusqu'à la place de la République. Le cortège passera par le boulevard de Bercy, le quai de la Rapée, le boulevard de la Bastille, la place de la Bastille, la rue Oberkampf, le boulevard de Belleville et la rue du Faubourg du Temple.

Une seconde partira de la basilique de Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, à 13h pour rejoindre le campus de Jussieu, dans le 5e arrondissement. Le cortège passera, en Seine-Saint-Denis, par la rue de la République, la rue Gabriel Péri, l'avenue du Président Wilson, le quai Adrien Agnès. A Paris, les manifestants marcheront dans l'avenue de la porte d’Aubervilliers, la rue de Crimée, le boulevard de la Villette, la place de Stalingrad, le quai de Valmy, le boulevard Richard Lenoir, la place de la Bastille, le quai de la Rapée.

Deux autres manifestations, dont le trajet initial prévoyait un départ depuis le secteur de Bercy, dans l'est de la capitale, pour rejoindre les Halles ou la place de l'Etoile, ont en revanche été interdites.

Le quartier de Notre-Dame interdit

L'île de la Cité, où se trouve la cathédrale Notre-Dame dévastée lundi par les flammes, ainsi que ses abords immédiats sur les quais, seront interdits à la manifestation, comme le périmètre des Champs-Elysées et du Palais de l'Elysée depuis plusieurs semaines, a annoncé la préfecture de police.

"Il n'est pas raisonnable de faire passer des manifestations de 5.000 à 10.000 personnes dans la proximité de Notre-Dame", a justifié Didier Lallement, évoquant les milliers de touristes ou simples badauds qui continuent d'affluer chaque jour pour se recueillir devant l'édifice.

Les "gilets jaunes" respecteront-ils l'interdit? La question ne fait pas consensus. Certains veulent marcher "en honneur au patrimoine national". D'autres, fustigent "les milliardaires (qui) ont su trouver 1 milliard d'euros, mais 140.000 SDF, tout le monde s'en fout!".

Cyrielle Cabot