BFMTV

Gilets jaunes à Paris: les premières comparutions devant le tribunal aujourd'hui

101 individus ont été placés en garde à vue samedi en marge de la manifestation des gilets jaunes.

101 individus ont été placés en garde à vue samedi en marge de la manifestation des gilets jaunes. - Bertrand Guay - AFP

Après les violences qui ont émaillé la manifestation des gilets jaunes samedi à Paris, 27 gardes à vue ont été prolongées ce lundi matin. Les premiers jugements vont avoir lieu aujourd'hui.

Les premières comparutions vont avoir lieu ce lundi. 48 heures après la manifestation des gilets jaunes sur les Champs-Elysées émaillée de violences, les premiers interpellés vont être jugés cette après-midi. Concernant les 98 personnes majeures arrêtées à Paris samedi, 45 individus ont déjà été déférés. 20 d'entre elles vont comparaître à partir de 13h30 devant le tribunal correctionnel de Paris.

Les 20 prévenus, la plupart des hommes âgés entre 28 et 38 ans, sont jugés des chefs de "participation à un groupement formé en vue de commettre des violences ou des dégradations", "violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique" pour certains, "dégradations", "outrage", "rébellion", "menaces de mort" ou bien encore "recel de vol" pour certains. La plupart des prévenus ne vivent pas à Paris ou dans sa région, preuve de la mobilisation nationale des gilets jaunes.

Des mineurs mis en cause

Trois autres individus se sont d'ores et déjà vus remettre une convocation pour une comparution à une date ultérieure. Dans le même temps, 27 gardes à vue ont été prolongées ce lundi matin sur les 101 prononcées samedi. Le temps de poursuivre les auditions et de déterminer les responsabilités de chacun lors des violences de samedi. Par ailleurs, 23 procédures ont été classées sans suite.

Enfin, parmi les 103 interpellations de samedi figurent cinq mineurs. Deux d'entre eux ont été déférés, deux procédures ont été classées sans suite et une garde à vue a été prolongée, précise le parquet de Paris.

Poursuites pour "violences volontaires"

Seulement deux individus interpellés samedi étaient connus des services de police, les autres étant qualifiés de "suiveurs". 172 infractions ont été retenues contre eux, dont une de nature criminelle. Un individu est poursuivi pour "violences volontaires aggravées ayant entraîné une infirmité permanente", en l’occurrence la perte d’un œil pour un policier de la direction de l'ordre public et de la circulation à la préfecture de police de Paris, sans doute touché par un pétard artisanal.

Au total, vingt représentants des forces de l'ordre ont été blessés samedi lorsque la manifestation des gilets jaunes sur les Champs-Elysées a dégénéré. Outre ce policier ayant perdu l'usage de son oeil, trois policiers de la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne, un autre de la BAC et deux autres de la Compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) souffrent de blessures plus légères. Un CRS a été brûlé à la cuisse par l'explosion accidentelle d'une grenade dans sa poche. 

Justine Chevalier avec Sarah-Lou Cohen