BFMTV

Gérald Darmanin va demander aux policiers de ne plus porter de cagoules en manifestation

Gérald Darmanin a affirmé ce jeudi qu'il ne souhaitait pas que les policiers soient cagoulés lors des manifestations. C'est l'une des mesures de la nouvelle doctrine de maintien de l'ordre, qui doit être dévoilée vendredi.

Les policiers ne porteront plus de cagoules en manifestation, a annoncé Gérald Darmanin, lors d'un congrès du syndicat policier Unsa-Police ce jeudi après-midi. Le ministre de l'Intérieur en fera l'annonce officielle vendredi, à l'occasion de la présentation de la nouvelle doctrine de maintien de l'ordre.

"J'annoncerai demain aux policiers dans le cadre du schéma du maintien de l'ordre que je ne souhaite pas qu'ils portent une cagoule dans les manifestations", a-t-il déclaré.

Cette décision suit ainsi les recommandations de l'ancien Défenseur des Droits Jacques Toubon, adressée au ministre de l'Intérieur en juillet. Dans cette décision-cadre, il soulignait "l'urgence" de faire évoluer la doctrine de maintien de l'ordre, notamment en interdisant le LBD et le port de la cagoule chez les policiers.

Flouter les visages

Le nouveau locataire de la place Beauvau avait deux mois pour répondre à ses recommandations et ainsi tirer les enseignements du mouvement social des gilets jaunes, marqué par une grande violence.

En parallèle, il veut interdire aux télévisions et aux réseaux sociaux de diffuser, sans les flouter, "des images montrant les visages" des policiers en opération, et de permettre la diffusion des vidéos réalisées par la police.

"Personne ne pourra empêcher les gens de filmer", a-t-il prévenu, mais "je retiens l'idée d'obliger les télés et les réseaux sociaux à ne pas diffuser les images des visages des policiers, mais de les flouter".

"Il ne s'agit pas de désarmer les policiers"

Sur l'armement des fonctionnaires, Gérald Darmanin a également esquissé quelques pistes, en affirmant: "Sachez qu'il ne s'agit pas de désarmer les policiers face à une violence de plus en plus accrue", ajoutant avoir une "pensée pour les 2000 policiers et gendarmes blessés pendant des manifestations."

Il a par ailleurs annoncé des mesures d'amélioration des conditions de travail des policiers, dont la rénovation de locaux avec "1.300 opérations de réparation d'ici au 31 décembre 2020" et le renouvellement d'un "quart des véhicules de la police et de la gendarmerie d'ici 2021".

Concernant les violences policières, le ministre a, de nouveau, montré un soutien indéfectible aux forces de l'ordre:

"Par définition, la parole des policiers vaut plus que la parole de celui qui ne l'est pas", a-t-il estimé.
Par Alexandra Gonzalez et Esther paolini