BFMTV
Police-Justice

GB: enquête ouverte après un nouveau scandale de pédophilie sur des centaines d'enfants

Une enquête ouverte à Telford en Angleterre après la révélation d'un scandale de pédophilie.

Une enquête ouverte à Telford en Angleterre après la révélation d'un scandale de pédophilie. - - Geoff Caddick - AFP

Une enquête a été ouverte au Royaume-Uni après la révélation d'un scandale de pédophilie dans la ville de Telford. Plusieurs centaines d'enfants pourraient être concernés depuis les années 80.

Une enquête indépendante a été lancée au Royaume-Uni après la révélation d'un scandale de pédophilie qui pourrait concerner des centaines d'enfants à Telford, en Angleterre, et qui a horrifié l'opinion publique.

Un réseau non identifié

Cette enquête a pour but d'"obtenir la vérité, montrer ce qui n'a pas fonctionné et en tirer les leçons pour l'avenir", a déclaré un porte-parole du ministère de l'Intérieur, interrogé ce vendredi par l'AFP. "C'est une affaire vraiment terrible, certains des membres les plus vulnérables de notre société étant la proie de criminels sans pitié".

Selon une enquête du Sunday Mirror, jusqu'à un millier d'enfants, dont les plus jeunes âgés de 11 ans, auraient été victimes d'agressions et de viols, parfois collectifs, depuis les années 1980 à Telford, une ville de 170.000 habitants du centre de l'Angleterre, et la police aurait échoué à démanteler le réseau de pédophiles.

"Nous avons tous été choqués par cette affaire horrible", avait déclaré mercredi la Première ministre Theresa May devant les députés, soulignant la nécessité de lancer une enquête le plus rapidement possible. Celle-ci est menée par un organe indépendant chargé d'examiner si les institutions ont suffisamment agi pour protéger les enfants.

Une adolescente témoigne

Une adolescente de 14 ans a déclaré au Mirror "avoir été forcée d'avoir des relations sexuelles avec plusieurs hommes dans des restaurants de vente à emporter ou des maisons dégoûtantes". Elle expliquait se rendre dans une clinique locale pour prendre la pilule du lendemain "au moins deux fois par semaine" mais "personne n'a jamais posé de questions". Ses agresseurs la menaçaient de représailles si elle parlait.

"Ces jeunes filles étaient très souvent issues de la classe ouvrière blanche, souffrant de fragilités multiples et c'est pour cela que leurs agresseurs les ciblaient", a déclaré la députée conservatrice de Telford, Lucy Allan qui avait plaidé pour une enquête urgente.
M. F. avec AFP