BFMTV

Gard: un homme réduit en esclavage pendant plusieurs années par sa sœur et son beau-frère

(Photo d'illustration) Un agent de gendarmerie.

(Photo d'illustration) Un agent de gendarmerie. - AFP

Un individu qui s'est présenté dimanche dernier à la gendarmerie de Pont-Saint-Esprit a raconté avoir été maltraité pendant plusieurs années par sa sœur et le mari de celle-ci.

Un ancien ouvrier agricole affirmant être l'"esclave" de sa sœur et de son beau-frère s'est enfui le week-end dernier, avant de se réfugier à la gendarmerie de Pont-Saint-Esprit (Gard), rapportent nos confrères de France Bleu Gard Lozère.

Selon la station de radio locale, l'individu âgé d'une cinquantaine d'années a raconté aux autorités avoir été sous l'emprise de sa sœur et du mari de celle-ci pendant plusieurs années. Exploité par ses proches, il confie avoir été régulièrement frappé au cours de cette longue période.

Son allocation handicapé utilisée pour payer leurs vacances

Victime il y a quelques années d'un accident du travail, il vivait depuis chez sa sœur et son beau-frère. Devenu l'homme à tout faire du foyer, il devait s'occuper des tâches ménagères, couper du bois et s'occuper du jardin. Une maison qui s'est vite transformée en prison pour l'homme, non payé et ne recevant qu'un seul repas par jour.

"Un local lui servait de chambre", décrit le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel, à nos confrères de France Bleu.

Interdit de sortie, l'homme qui disposait d'une allocation d'adulte handicapé voyait celle-ci dilapidée par sa sœur et son beau-frère pour payer les dépenses de la maison, mais aussi leurs vacances.

Le couple encourt 10 ans de prison

Le quinquagénaire, très amaigri et présentant des hématomes ainsi que des traces de brûlures sur le corps, a été hospitalisé après s'être réfugié chez les gendarmes.

"Cet homme a été réduit en servitude pendant des années par sa sœur et le mari de celle-ci. Et quand je dis réduit en servitude, nous sommes à la limite de l'esclavage", a déclaré Eric Maurel à France 3 Occitanie.

Le couple a été incarcéré jeudi soir pour des faits de "réduction en servitude". Niant tous deux les faits, ils encourent jusqu'à 10 ans d'emprisonnement et 300.000 euros d'amende. Selon France 3 Occitanie, ils seront jugés en comparution immédiate le mardi 11 mai.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV