BFMTV

Fraude au bac: 13 personnes interpellées

Treize individus, candidats à l'examen national, ont été interpellés ce mardi matin dans le cadre de l'enquête liée à la fraude lors du bac. Tous ont été placés en garde à vue.

Treize personnes, âgées de 19 à 20 ans, ont été arrêtées ce mardi matin dans le cadre de l'affaire sur les soupçons d'actes de fraude lors de la dernière session du baccalauréat. Une enquête a été ouverte pour fraude aux examens, abus de confiance et recel d’abus de confiance, d'après des informations de BFMTV.

Une plateforme avec 200 jeunes

La fuite a concerné un sujet de l’épreuve de mathématiques de la filière ES, qui a circulé la veille du baccalauréat via SMS, messagerie Whatsapp et sur des sites internet. L’un des gardés à vue a parlé aux enquêteurs d’une plateforme sur laquelle jusqu'à 200 jeunes se sont connectés. 

Les treize suspects sont scolarisés dans des établissements à Paris, Neuilly-sur-Seine et Marseille. Parmi eux se trouvent deux frères et soeurs jumeaux. L'un des avocats des jeunes indique à BFMTV que son client, un "très bon élève" en terminale S "qui avait révisé" a affirmé aux policiers qu’il ne savait pas que "ce document allait réellement tomber au bac" et qu'il pensait "réaliser un exercice d’entrainement."

Vers d'autres interpellations ?

Le ministère de l’Éducation Nationale a porté plainte et le parquet de Paris a ouvert une enquête pour fraude aux examens, abus de confiance et recel d’abus de confiance. Si la justice ouvre une enquête pour abus de confiance, c'est qu’elle considère qu'une personne qui avait accès aux sujets de par sa profession, les a donnés à un tiers. Pour le moment, seuls des candidats au bac ont été interpellés, ce qui signifie que d'autres interpellations pourraient encore avoir lieu. 

L'enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), qui est remontée jusqu’aux suspects grâce aux traces laissées sur Internet.

Cécile Ollivier