BFMTV
Police-Justice

Fausses dénonciations de pédophilie contre un prêtre: le couple condamné à 3 mois de prison avec sursis 

Le jugement a été mis en délibéré au 3 avril (photo d'illustration)

Le jugement a été mis en délibéré au 3 avril (photo d'illustration) - AFP

Un couple de septuagénaires était jugé ce mercredi après-midi par le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne pour "dénonciation calomnieuse" à l'encontre d'un prêtre.

Le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne a condamné le couple de septuagénaires à 3 mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende chacun pour "dénonciation calomnieuse" à l’encontre d’un prêtre.

Trois mois de prison avec sursis avaient été requis ce mercredi après-midi par le tribunal correctionnel à l'encontre d'un couple de septuagénaires poursuivis pour "dénonciation calomnieuse". Ils avaient signalé en mars 2018 les agissements d'un prêtre qui n'avaient pas été confirmés par l'enquête judiciaire. Le père Leroy avait alors porté plainte.

En mars 2018, Marie-Jeanne et Jean-Louis Martin, locataires d'une maison sur la propriété du Foyer de Charité de Baye, près de Châlons-en-Champagne, avait envoyé un courrier au procureur de la République mais également à l'évêque du diocèse pour signaler les agissements de François-Jérôme Leroy, directeur de cette institution qui organise des retraites spirituelles. Ils basaient alors leur témoignage sur des faits que des parents leur auraient confiés mais aussi sur une rencontre entre le prêtre et leurs petits-enfants.

500 euros d'amende

Une enquête avait été ouverte. Lors des auditions, les parents en question avaient nié avoir tenu de tels propos. La seule victime désignée nommément avait démenti auprès des enquêteurs avoir subi des agressions. Le temps de la procédure, le Foyer de Charité et l'évêque avait écarté le père Leroy qui a quitté la région et qui n'est plus en contact d'enfants. Dans un souci de "transparence, Monseigneur Touvet avait révélé les faits et le nom du prêtre. L'enquête, elle, a été classée sans suite en octobre dernier.

Pour la défense du couple, les personnes auditionnées ont eu peur de parler. Mais la procédure judiciaire avait toutefois fait apparaître un conflit entre Marie-Jeanne et Jean-Louis Martin et le prêtre. Locataire de leur maison, le père Leroy les aurait contraint à travailler en échange d'une ristourne sur leur loyer. "Le père Leroy s'est fait accuser par des personnes qui ont essayé de profiter d'un contexte, a estimé avant le procès Me François Procureur, l'avocat du prêtre. Une amende de 500 euros a également été réclamée par le représentant du parquet.

Justine Chevalier