BFMTV

Evry: il commande des préservatifs en piratant le téléphone de la mosquée

Un usurpateur commande 1 500 préservatifs pour la mosquée d'Evry

Un usurpateur commande 1 500 préservatifs pour la mosquée d'Evry - AFP

Une commande de préservatifs très inhabituelle a été passée dans une des pharmacies du centre commercial d’Evry 2. La personne au téléphone s’est présentée comme un membre de la mosquée.

Une mosquée qui commande un lot de 1.500 préservatifs: depuis début août, un mystérieux correspondant s'est amusé à multiplier les canulars téléphoniques, dans l'Essonne. Après les pizzerias d’Athis-Mons et de Paray-Vieille-Poste, un employé d’une des pharmacies du centre commercial d’Evry 2 a notamment reçu un étrange coup de fil vendredi dernier. Se présentant comme un membre de la mosquée d’Evry-Courcouronnes, une personne aurait passé une grosse commande de préservatifs pour une cérémonie.

"C'était un canular d'un goût douteux, mais ils n'ont pas été jusqu'à finaliser la commande. Je ne souhaite pas en dire plus", rapporte une des responsables de l'officine au Parisien. Les autres pharmacies du centre ont été contactées par la police. "Au téléphone, ils se sont présentés comme des policiers en tout cas. Il voulait savoir si nous avions également été victimes d'un canular", raconte l'un des responsables.

Un mode opératoire similaire à d'autres affaires de piratages

Une enquête pour "appels malveillants" a été ouverte cette semaine par le parquet d'Evry et confiée à la sûreté départementale de l'Essonne. Le ou les suspects, pas encore identifiés, ont utilisé une technique d'usurpation téléphonique, dite du "spoofing". Elle permet au mauvais plaisant de faire apparaître le numéro de son choix sur le téléphone de son interlocuteur. 

Alertés plusieurs fois ces derniers jours sur ces opérations d'usurpation téléphonique, l'affaire est prise très au sérieux par les forces de l'ordre. Ces affaires de piratages téléphoniques ont même touché le sommet de l'Etat. Selon RTL, des policiers de l'Essonne mais aussi de Nice, de Carcassonne et de Paris ont été réunis en conférence téléphonique au palais de l'Elysée.

C.A.