BFMTV

Enseignant agressé à Marseille: "On ne va pas mettre un policier derrière chaque juif"

La présidente du Crif Marseille-Provence sait qu'il est "très difficile" de demander plus de sécurité pour lutter contre les agressions antisémites.

La présidente du Crif Marseille-Provence sait qu'il est "très difficile" de demander plus de sécurité pour lutter contre les agressions antisémites. - BFMTV

Michèle Teboul, la présidente du Crif Marseille-Provence sait qu'il est "très difficile" de demander plus de sécurité pour la communauté juive. Sur BFMTV, elle évoque les inquiétudes de la communauté après l'agression antisémite contre un enseignant juif, lundi à Marseille.

Au lendemain de l’agression à la machette d’un adolescent de 15 ans sur un enseignant juif à Marseille, la présidente du Crif Marseille-Provence ne peut que déplorer les faits. "Il est très difficile de demander plus de sécurité que celle que nous avons déjà", a réagi Michèle Teboul mardi matin sur BFMTV.

"On ne va quand même pas mettre un policier derrière chaque juif qui marche dans la rue", a-t-elle ajouté. "Ce serait impossible à réaliser."

La responsable du Conseil représentatif des institutions juives de France conseille donc aux membres de sa communauté "de se préparer à ce type d’agression" et préconise que des "gestes simples d’auto-défense soient enseignés".

L’enseignant toujours "assommé et diminué"

Concernant l’état de la victime, "il était encore assommé psychologiquement et diminué physiquement ce lundi soir", a indiqué Michèle Teboul. "Il souffre encore des coups très violents qu’il a reçu au niveau du rein", a-t-elle précisé.

"Je ne pas comment je vais me relever", témoignait ainsi l'enseignant auprès de nos confrères de La Provence.

P. P.