BFMTV

Elio, tué par un requin à la Réunion: son père laisse éclater sa colère

Des proches et des amis d'Elio lui ont rendu hommage sur les plages de la Réunion.

Des proches et des amis d'Elio lui ont rendu hommage sur les plages de la Réunion. - Richard Bouhet - AFP

Trois jours après la mort d'Elio, surfeur de 13 ans, à la Réunion, son père accuse l'Etat d'être "responsable". Le ministère des Outre-mer se dit pourtant très préoccupé par le phénomène des requins autour de l'île. Explications.

Il est brisé par le chagrin et l'incompréhension: le père d'Elio, adolescent de 13 ans tué par un requin dimanche dernier, à la Réunion, a laissé éclater sa colère mercredi sur la chaîne locale La 1ère. "Aujourd'hui, je vais retirer mes lunettes noires pour parler à ces messieurs de Paris, qui se disent les représentants de l'Etat, mais qui ne font rien pour nous. Ca ne peut plus durer", tempête Giovanni Canestri, qui habite l'île "depuis vingt ans".

"Régulez plus fortement la population des requins. Vous le faites déjà en métropole avec des espèces beaucoup moins dangereuses, comme les sangliers ou les cerfs. On ne parle pas d'extermination, mais de régulation!", tonne le père de famille. "On laisse un pan entier de l'économie de la Réunion s'effondrer alors qu'on a besoin de travail. Au premier mort, on aurait dû faire quelque chose" (les attaques se sont multipliées à partir de 2011, ndlr).

De plus en plus de plages interdites d'accès

Ces quatre dernières années, sept personnes ont été tuées par des requins bouledogue et des requins tigre, parfois à quelques mètres seulement du rivage. En 2013, le préfet de la Réunion, Dominique Sorain, a pris un arrêté circonscrivant la baignade au seul lagon, protégé des requins par une barrière de corail, et aux zones sécurisées, où des filets sont tendus. L'arrêté a été reconduit en février dernier jusqu'à 2016, et de nombreuses plages sont désormais interdites d'accès (voir infographie ci-dessous).

Ce lundi devait d'ailleurs être lancé le plan "Vigies renforcées", avec la mise en place de "sentinelles" scrutant les fonds où évoluent les surfeurs, pour les prévenir de la présence éventuelle de squales. Elio et ses amis n'ont pas eu la patience d'attendre ce plan. "Cet enfant a été emporté par la passion de son surf. La veille, il me disait encore 'Papa, ne t'inquiète pas, je ne surferai pas s'il n'y a pas de sécurité.'", lâche son père, effondré. Dimanche, Elio se trouvait dans une zone non sécurisée.

Voici la réglementation maritime actuelle sur l'île de la Réunion.
Voici la réglementation maritime actuelle sur l'île de la Réunion. © Ministère des Outre-mer

Surpêche et eaux sales

Alizée est vétérinaire et surfeuse sur l'île de la Réunion. Jointe par BFMTV.com, elle admet surfer régulièrement dans des zones interdites, mais n'imagine pas un instant arrêter sa pratique. "Je surfe depuis l'enfance, il m'est impossible de regarder des vagues parfaites et de me priver de ma passion. J'estime que je prends le même risque qu'en conduisant. C'est à l'Etat d'agir pour nous protéger, plutôt que simplement interdire des zones."

Elle identifie plusieurs hypothèses à l'arrivée de ces requins dangereux depuis 2011, un phénomène que les scientifiques ont encore du mal à expliquer. "La surpêche au large a décimé leurs proies, donc la faim pousse ces requins à se rapprocher des côtes. En outre, on sait qu'ils apprécient tout particulièrement les eaux troubles, or il y a un vrai problème de gestion des eaux sales sur l'île", regrette-t-elle.

La ministre des Outre-mer à la Réunion la semaine prochaine

Du côté du ministère des Outre-mer, joint par BFMTV.com, on insiste sur les nombreux dispositifs mis en place depuis plusieurs années pour éviter ces attaques, comme les filets de protection encadrant certaines zones de baignade, et sur les moyens mis en oeuvre pour décrypter ce phénomène, à travers l'étude Charc. "Il faut absolument comprendre ce qui les attire sur les côtes. On peut nous reprocher notre prudence, mais nous avons déjà commencé à réguler ces espèces, dont la pêche n'est pas interdite. L'an dernier, 45 requins bouledogue et 45 requins tigre ont été prélevés (capturés et tués, ndlr)", nous explique-t-on.

En fin de semaine prochaine, selon nos informations, la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin se rendra d'ailleurs sur l'île pour évoquer ce problème du "risque requin" avec les élus locaux et les habitants.