BFMTV
Police-Justice

Drogue dans le métro: la RATP annonce une présence renforcée des forces de l'ordre

Métro sur la ligne 12 à Paris

Métro sur la ligne 12 à Paris - JACQUES DEMARTHON / AFP

Vendredi, certains conducteurs du métro parisien, officiant sur la ligne 12, se sont mis en grève pour dénoncer les trafics de drogue qui s'intensifient sur les quais de nombreuses stations du nord de la capitale.

La présence des forces de l'ordre dans le métro parisien va être "renforcée" pour lutter contre le trafic de drogue, "en particulier" sur les lignes 4 et 12, ont indiqué vendredi la RATP et les autorités à l'issue d'une réunion avec les syndicats, qui dénoncent l'insécurité provoquée par le trafic et la consommation de drogues dans le métro.

"Les salariés et les usagers sont excédés, exaspérés et n'en peuvent plus", selon la CGT, qui avait appelé, comme SUD, les agents de la ligne 12 à la grève vendredi. Avec l'association SOS Usagers, l'Unsa, syndicat majoritaire à la RATP, avait déploré une situation "pas acceptable" avec des "toxicomanes souvent agressifs et dangereux".

Création d'un groupe local de traitement de la délinquance

Les équipes d'agents de sécurité de la RATP et de policiers de la Brigade des réseaux franciliens (BRF) seront davantage présentes sur les lignes les plus sensibles et bénéficieront d'une "présence régulière d'unités de forces mobiles" dans les stations "prioritaires" pour "sécuriser" les usagers et le personnel, ont annoncé dans un communiqué commun la RATP, la préfecture de police de Paris, la préfecture d'Ile-de-France et le parquet de Paris.

La situation dans le métro sera aussi "prise en compte dans le Plan stups 2018 piloté par la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) de Paris" pour démanteler les réseaux, selon ce communiqué publié à l'issue de la réunion entre direction et syndicats de la RATP et des représentants de la préfecture de police. "Pour améliorer l'efficacité de ces actions", le parquet de Paris va créer un Groupe local de traitement de la délinquance (GLTD), "placé sous l'autorité du procureur de Paris, dont l'objectif sera de traiter le problème des stupéfiants dans les transports".

Me.R. avec AFP