BFM Business

Crack dans le métro parisien: à certaines stations, des conducteurs décident de ne plus marquer l'arrêt

Agents et usagers de la RATP menaient ce lundi matin une opération de tractage pour interpeller sur la présence accrue de toxicomanes dans certaines stations du nord de Paris. Des conducteurs décident de ne pas y marquer l'arrêt, pour assurer la sécurité des voyageurs.

Sur les lignes 12 et 4 au nord de Paris, leur présence est quotidienne. Station Marcadet Poissonnier, ligne 4, une femme simplement assise sur le quai allume sa pipe à crack. Quelques arrêts plus loin, porte de la Chapelle, un homme fait de même, tandis que les voyageurs continuent de déambuler autour de lui. Certaines stations du nord de Paris sont ainsi devenues des lieux de deal, où les usagers côtoient au quotidien les toxicomanes.

C'est contre cette situation que le syndicat Unsa RATP et l'association SOS Usagers se mobilisent, car la présence de toxicomanes, et particulièrement de consommateurs de crack, n'est pas sans poser des problèmes d'insécurité. Des conducteurs décident même de ne plus marquer l'arrêt à certaines stations, pour préserver "l'intégrité" des voyageurs. 

"Ils arrivent et ils se rendent compte qu'ils sont tellement nombreux au bord du quai qu'il peut y avoir une situation insécuritaire. Ou alors, parce que le collègue d'avant a signalé qu'effectivement ils sont virulents sur le quai, qu'il y a une bagarre, à ce moment-là, ils prennent des précautions d'usage pour ne pas marquer d'arrêt", explique Jean-Marc Judith, du syndicat UNSA-RATP. 

Depuis le début de l'année, lors d'opérations de tractage, ils interpellent sur cette situation face au "nombre d'agressions sur les voyageurs et sur le personnel RATP" qui "prend des proportions de plus en plus dramatiques". 

"Un impact sur le sentiment de sécurité des voyageurs"

La RATP citée par l'AFP reconnaît "des difficultés croissantes" dues à ces trafics. La situation a notamment "un impact sur le sentiment de sécurité des voyageurs et du personnel" ainsi que sur "l'état des équipements, la propreté et la régularité du trafic". 

Pour lutter contre ces trafics, la RATP organise des maraudes en partenariat avec des associations et explique coopérer et "entretenir des contacts réguliers avec la préfecture de police de Paris et la préfecture de la région Ile-de-France". Fin 2017, une convention a justement été signée avec cette dernière pour "permettre une meilleure prise en charge des toxicomanes présents dans les espaces du métro". 

L'UNSA et l'association SOS Usagers jugent ces moyens insuffisants et en appellent aux pouvoirs publics. Ils ont notamment adressé la semaine dernière un courrier à Gérard Collomb, Anne Hidalgo et Valérie Pécresse et réclament que "des mesures urgentes et sérieuses soient rapidement mises en oeuvre". 

C. B avec William Helle, Marguerite Dumont