BFMTV

Crillon: un passage était bien prévu

Des supporters français attendant en vain l'équipe de France au Crillon, à Paris, lundi.

Des supporters français attendant en vain l'équipe de France au Crillon, à Paris, lundi. - Lucas Barioulet - AFP

Alors que bon nombre de supporters sont mécontents du peu de contact entre eux et les champions du monde lundi, un message, que BFMTV a pu se procurer, montre qu'il était prévu que les Bleus descendent les Champs-Elysées en intégralité avant de se présenter au balcon de l'hôtel de Crillon.

La polémique ne risque pas de s'éteindre. Depuis lundi, de nombreux supporters des Bleus sont en colère du fait de la rapidité du passage du bus des champions du monde devant eux sur les Champs-Elysées et de leur absence plus tard au balcon de l'hôtel de Crillon, situé sur la place de la Concorde. 

L'exécutif, mercredi, a assuré par la bouche du porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux n'avoir donné "aucune consigne sur la vitesse du bus". Pour le reste, celui-ci a avancé un argument sécuritaire pour expliquer la tournure prise par le passage de l'équipe de France sur les Champs-Elysées:

"Nous ne sommes pas dans les mêmes conditions de sécurité qu’en 1998. Je ne vais pas vous rappeler évidemment l’environnement sécuritaire dans lequel nous vivons. Mais cette descente des Champs-Elysées, elle a été coorganisée par la Fédération française de football et par la préfecture de police et il n'y a eu aucun incident à déplorer."

"Fermeture exceptionnelle du Cercle"

Mais, outre la brièveté de la virée sur l'avenue, c'est aussi le fait que les joueurs soient restés invisibles aux yeux des supporters réunis devant l'hôtel de Crillon qui a nourri la controverse. Or, un mail de l'Automobile Club, club privé voisin du Crillon, que nous avons pu nous procurer, affirme qu'une descente intégrale des Champs-Elysées par la sélection victorieuse et une apparition devant les croisées du palace étaient bien prévues. 

Dans un message intitulé "Fermeture exceptionnelle du Cercle", l'Automobile Club expliquait ainsi:

"Au vu des informations qui nous ont été communiquées par la préfecture de police de Paris, l'équipe de France descendra les Champs-Elysées vers 17h pour ensuite présenter la coupe à tous les supporteurs au balcon de l'hôtel de Crillon. En conséquence, le Cercle fermera exceptionnellement ses portes à 16h30." Une carte était joint à ce message, où figuraient les différentes zones de restriction de circulation dans le quartier. 

Le chef exécutif de l'hôtel de Crillon Christopher Hache lui-même semblait attendre les Bleus au balcon, postant sur Instagram: "Merci #equipedefrance de nous refaire vivre de telles émotions... Et de deux ⭐️⭐️! Un grand bravo on vous attend à la maison pour fêter cela."

Seulement lundi, à 20h36, le compte Twitter de l'équipe de France de football écrit les joueurs se trouvent à l'Elysée et qu'ils y resteront pour la soirée. "Aucun rendez-vous dans un grand hôtel ou palace parisien ne suivra ce rendez-vous", est-il assuré.

"Ce n'était pas dans notre planning"

"Je ne sais pas ce qui a été annoncé par rapport à l'hôtel du Crillon, mais ce n'était pas dans notre planning", a confirmé sur TF1 Didier Deschamps, qui a par ailleurs précisé que les joueurs auraient aimé descendre deux fois les Champs-Elysées.

"Ça ne dépend pas de moi, ça ne dépend pas de la fédération. En termes d'organisation, on a suivi ce qui nous a été proposé. (...) Et si on avait pu prolonger ce moment de partage de joie et d'émotion avec le public français, on l'aurait fait bien volontiers", a-t-il assuré.

Le président de la Fédération française de football Noël Le Graët, interviewé sur BFMTV et RMC ce jeudi matin, a confirmé qu'un passage au balcon de l'hôtel de Crillon avait été "un scénario envisagé mais pas confirmé". "Ce n'était pas prévu du tout. (...) En aucun cas le balcon n'a été loué ni demandé", a-t-il martelé, assurant qu'il n'y avait "pas de coupable". 

De son côté, mentionnant notamment sur Twitter la vitesse de descente des Champs-Elysées, le porte-parole de l'Elysée martèle avoir "respecté l'agenda souhaité par l'équipe de France et ses représentants".

La préfecture de police maintient à BFMTV que l'organisation de la soirée au Crillon relevait de la Fédération française de football, et le dispositif présenté lundi matin ne prévoyait pas de présentation des joueurs et du trophée au balcon de l'hôtel.

R.V. avec Apolline de Malherbe