BFMTV

Crash en Argentine: que s'est-il passé?

Les deux hélicoptères posés au sol, quelques minutes avant l'accident, lundi 9 mars.

Les deux hélicoptères posés au sol, quelques minutes avant l'accident, lundi 9 mars. - Aldo Portugal - AFP

Huit Français, dont trois sportifs de haut niveau, ont trouvé la mort lundi sur le tournage de l'émission de téléréalité de TF1, "Dropped", dans un accident d'hélicoptères. Pour l'heure, l'erreur de pilotage apparaît comme l'hypothèse privilégiée pour expliquer ce drame. 

Que s'est-il passé lundi, en fin d'après-midi, en Argentine, au moment de l'accident entre les deux hélicoptères, qui a coûté la vie à huit Français sur le tournage de l'émission de TF1, "Dropped"? Si les raisons du crash, dans lequel sont mortes la navigatrice Florence Arthaud et la championne de natation Camille Muffat, sont encore inconnues, l'hypothèse de l'erreur de pilotage est, pour l'heure, privilégiée. Et ce d'autant plus que les conditions météorologiques n'étaient pas défavorables.

> Où et quand s'est déroulé l'accident?

Le drame est survenu aux alentours de 17h30 locales lundi, dans une zone très isolée, la province de la Rioja, une région montagneuse située au pied de la Cordillère des Andes, au nord-ouest de l'Argentine.

Les deux hélicoptères venaient tout juste de décoller d'un terrain de football situé dans le petit village de Villa Castelli, quand il se sont percutés, à environ 100 mètres d'altitude. Après leur collision, les appareils se sont écrasés au sol, en flammes. Selon certains témoins présents sur place, les deux hélicoptères volaient très près l'un de l'autre au moment du choc.

Par ailleurs, l'accident ne serait pas imputable aux conditions climatiques, qui étaient "bonnes", selon les autorités argentines.

> Un accident pendant la phase délicate du décollage

Pour le ministre des Sports, Patrick Kanner, il s'agit d'une "erreur de pilotage". Un avis partagé par le spécialiste des crashs aériens, Jean-Pierre Otelli, sur RMC. Les deux hélicoptères se préparaient à voler en patrouille. Une phase qui peut s'avérer délicate. "Le vol en patrouille est un vol particulier", souligne Jean-Pierre Otelli. "Lorsque deux machines se rapprochent, il faut avoir certaines compétences pour faire ce genre de chose. Le vol en patrouille serrée en hélicoptère c'est beaucoup plus difficile qu'en avion, puisque il y a des rotors qui tournent. En avion en patrouille, on peut voler avec une distance d'un mètre, alors qu'en hélicoptère vous devez garder la distance des rotors. Si vous avez la moindre erreur de pilotage dans ce genre de choses, c'est évidemment la catastrophe", fait valoir le spécialiste. 

Mais, comme en avion, l'étape même du décollage nécessite beaucoup de prudence en hélicoptère. "Il y a un moment un peu délicat: vous commencez par lever l'hélicoptère à quelques centimètres du sol, c'est ce qu'on appelle un vol stationnaire. Et là, il faut maintenir l'hélicoptère, lutter contre le vent, s'il y en a, pour ne pas se déplacer, puis tourner l'hélicoptère dans la bonne direction, incliner le rotor, et prendre de la vitesse", détaille Gérard Feldzer, consultant aéronautique de BFMTV.

C'est pendant ces quelques secondes que l'accident peut arriver. "L'appareil est déporté par le vent, et la pale, en vol stationnaire, atteint des vitesses de 400km/h. Lorsque vous heurtez à 400km/h une pale d'hélicoptère, tout se désintègre, vous n'avez aucune chance de vous en sortir", explique Gérard Feldzer. "Les accidents d'hélicoptère qui se fracassent soit contre un obstacle soit contre un autre hélicoptère, ça arrive malheureusement de temps en temps, et il n'y a vraiment aucune chance de s'en sortir".

Une enquête a d'ores et déjà été ouverte à Paris, pour homicides involontaires, et les autorités argentines ont commencé leur enquête sur place. Une cellule de crise a par ailleurs été ouverte au Quai d'Orsay.

Adrienne Sigel