BFMTV

Coronavirus: quelle sécurité autour des Français rapatriés?

BFMTV

Un important dispositif de sécurité va être déployé pour encadrer le rapatriement des 200 Français revenus de Chine et qui seront placés en quarantaine à Carry-le-Rouet.

Le rapatriement des 200 Français de Chine, en raison de l'épidémie du coronavirus, va être strictement encadré. C'est d'abord la gendarmerie aérienne qui sécurise la base d'Istres, où l'avion en provenance de la région de Wuhan s'est posé à la mi-journée ce vendredi. Ce sont des gendarmes des brigades locales qui vont escorter ces passagers jusqu'à Carry-le-Rouet, où ils seront hébergés dans un centre de vacances pendant au moins deux semaines.

C'est en raison de son isolement que ce site, le centre de vacances Vacanciel, situé au bord de la mer, à l'ouest de Marseille, a été choisi par les autorités. La première commune est située à 10 minutes de route, le centre de Carry-le-Rouet se trouvant à 3,5 kilomètres et Marseille à 25 kilomètres. Il y a également qu'une seule route d'accès, permettant une sécurisation plus simple. 

Une surveillance des gendarmes 24h/24

Les 200 Français rapatriés ont signé une décharge dans laquelle ils s'engagent à rester 14 jours sur le site et à ne pas sortir. Mais, des gendarmes mobiles vont rester mobilisés et vont surveiller pendant toute la période de quarantaine les alentours du centre de vacances pour éviter les sorties et les intrusions sur le site.

A l'intérieur de l'enceinte du centre, les rapatriés devront notamment porter un masque et prendre régulièrement leur température pour détecter l'apparition d'éventuels symptômes.

Equipe médicale

Les rapatriés vont être encadrés par une cinquantaine de personnes, dont une équipe médicale d'une dizaine de professionnels, une équipe de la Croix-Rouge. 25 membres de la sécurité civile seront également présents pour faire du soutien logistique, notamment pour les repas, pour le linge, le tout dans des conditions d'hygiène adaptées.

Cette unité s'occupera également du sas d'entrée: il y aura un contrôle, là encore pour surveiller les allers et venues, avec une liste restreinte de personnes autorisées à pénétrer dans l'enceinte.

Cécile Ollivier