BFMTV

Condé-sur-Sarthe: le détenu a dit vouloir "venger" l'auteur de l'attentat de Strasbourg 

Rémy Heitz, procureur de la République de Paris, ce mardi.

Rémy Heitz, procureur de la République de Paris, ce mardi. - BFMTV

Le procureur de la République de Paris a affirmé dans la soirée, lors d'une conférence de presse, que l'homme qui a agressé deux surveillants au couteau dans une prison de l'Orne ce mardi, avait crié "Allahou Akhbar" et avait voulu venger Chérif Chekatt.

Mickael Chiolo, le détenu qui a agressé au couteau deux surveillants à la prison de Condé-sur-Sarthe ce mardi matin, a dit vouloir "venger" l'auteur présumé de l'attentat du marché de Noël de Strasbourg. C'est ce qu'a indiqué lors d'une conférence de presse Rémy Heitz, procureur de la République de Paris, ce mardi soir. 

"Il est très vite ressorti des premiers témoignages qu'en se jetant sur les surveillants, le détenu avait crié Allahou Akhbar, qu'il disait vouloir venger Chériff Chekatt, l'individu mis en cause dans l'attentat de Strasbourg le 11 décembre 2018", a déclaré Rémy Heiz face aux journalistes. 

3 gardes à vue en cours

"Il (Mickael Chiolo) indiquait être porteur d'une ceinture explosive et être prêt à s'en servir", a poursuivi le procureur, précisant que trois gardes à vue étaient en cours.

Des éléments qui, selon lui, ne font plus de doutes sur les motivations terroristes du détenu. C'est pourquoi le procureur a indiqué que "la section antiterroriste du parquet de Paris s'était saisie de l'enquête".

Le détenu, qui purge une peine de 30 ans de réclusion criminelle, a été blessé par balles mais son pronostic vital n'est pas engagé, a encore confirmé le procureur de la République. Sa femme, elle, est morte des suites de ses blessures. 

Jeanne Bulant