BFMTV

Comment interviennent les BRAV, les brigades de répression de l'action violente

Les BRAV ont été créées après les violences du 16 mars à Paris.

Les BRAV ont été créées après les violences du 16 mars à Paris. - AFP

Mises en place après la journée de mobilisation du 16 mars dernier qui avait été émaillée de violences, les BRAV, brigade de répression de l'action violente, symbolisent la volonté des autorités de changer leur approche du maintien de l'ordre.

18 motos, avec sur chaque engin un pilote, un membre des compagnies d'intervention, les spécialistes du maintien de l'ordre à la préfecture de police. Les BRAV, brigades de répression de l'action violente, ont été mises en place au lendemain de la journée de mobilisation des gilets jaunes du 16 mars qui avait été émaillée de nombreuses violences, notamment sur les Champs-Elysées. Lors de la manifestation du 5 décembre, 15 BRAV étaient mobilisées avec trois enjeux: être mobile, réactif et aller au contact.

  • Plus de mobilité

L'une des missions des BRAV est de contrôler en amont et aux abords de la manifestation. A plusieurs reprises, les motards et leurs passagers "grenouillent" à proximité du parcours de la manifestation. A vive allure, sirène hurlante, ils roulent dans ces quartiers, sillonnent les grands axes comme les petites rues, avec pour objectif de repérer des individus suspects ou des groupes qui pourraient se constituer pour commettre des violences.

Les BRAV ont aussi pour mission d'accompagner et de sécuriser l'intervention des pompiers. Depuis la mobilisation anniversaire pour les un an des gilets jaunes, deux équipages de pompiers à moto font partie des brigades. L'enjeu pour ces pompiers, qui peuvent être la cible de projectiles, est de pouvoir intervenir rapidement sur les départs de feu, sans forcément avoir recours aux gros engins.

  • Plus de réactivité

L'ambition de la préfecture de police de Paris, en créant ces brigades mobiles, était d'avoir une unité de maintien de l'ordre plus réactive. En patrouille dans les rues adjacentes de la manifestation, les BRAV sont également affectées aux contrôles aux abords du parcours avec fouilles de sac. Si des équipements interdits sont découverts, les individus sont interpellés. Une disposition possible depuis l'adoption de la loi dite "anti-casseurs" au début de l'année.

Chaque BRAV est commandé par un commissaire. C'est celui-ci qui reçoit les consignes via le réseau radio, la brigade la plus proche peut être appelée en cas de violences ou d'affrontements. En quelques minutes, la brigade peut être redéployée sur un nouveau lieu.

  • Aller au contact

"Ils reculent, ils savent qu'on va au contact", confie l'un des policiers, affecté à une BRAV lors de la journée de mobilisation parisienne du 5 décembre. Sa brigade venait d'être déployée à l'intersection du boulevard Magenta et de la place de la République, là où le black bloc d'au moins 500 personnes s'était formé. Appelés et déployés rapidement, les policiers, équipés de grenades de désencerclement ou pour certains de LBD, vont au contact des casseurs dans un nuage de gaz lacrymogène. L'objectif était alors de "faire sauter le bouchon" pour laisser le cortège syndical poursuivre le parcours.

Justine Chevalier