BFMTV

Colombes: un homme abattu après avoir menacé des policiers avec un couteau

 (Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - AFP

Les forces de l'ordre ont fait usage de leur arme ce vendredi soir et ont touché l'individu au bassin. Il a succombé à ses blessures.

Les faits sont survenus rue Charles de Gaulle. Un homme armé d'un couteau a menacé des policiers ce vendredi soir dans la commune de Colombes, dans les Hauts-de-Seine, a appris BFMTV de source policière. Gravement touché au bassin par les forces de l'ordre, l'individu a succombé à ses blessures, indique l'Agence France-Presse (AFP).

L'homme avait crié "Allah Akbar" et jeté une bouteille en leur direction, ont précisé des sources policières à l'AFP. Les policiers ont alors fait usage de leur arme. Ces derniers n'ont pas été blessés.

Selon les informations de l'AFP, cet homme "français" et "inconnu du fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), est né en 1990. Habitant d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, il était connu de la police pour des infractions routières, douanières et de stupéfiants.

"Un quartier qui se sent abandonné"

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a réagi sur les réseaux sociaux. "Je salue le sang-froid des policiers de Colombes qui ont neutralisé un homme les menaçant avec un couteau. Plus que jamais, nous devons rester vigilants et plus que jamais, les forces de l’ordre sont en première ligne. Merci pour leur courage", a-t-il écrit sur Twitter.

Contacté par l'AFP, le maire EELV de Colombes, Patrick Chaïmovitch a décrit le lieu comme "un quartier sympathique, d'habitat populaire, sur un axe très passager, entre Bezons et La Défense mais c'est aussi un quartier qui se sent abandonné par les pouvoirs publics depuis des années".

Selon un syndicaliste policier, le Petit-Colombes est également connu pour ses fusillades et règlements de comptes.

La police judiciaire des Hauts-de-Seine et l'IGPN, la police des polices, sont saisis.

Méanie Vecchio et Florian Bouhot avec AFP