BFMTV

Christophe Dettinger va porter plainte contre Emmanuel Macron

Christophe Dettinger s'était expliqué dans une vidéo avant de se rendre à la police.

Christophe Dettinger s'était expliqué dans une vidéo avant de se rendre à la police. - Capture facebook

L'ancien boxeur professionnel, qui sera jugé mercredi prochain pour avoir frappé deux gendarmes lors d'une manifestation des gilets jaunes à Paris, va porter plainte contre le président de la République. Une procédure qui fait suite aux déclarations d'Emmanuel Macron, qui estime que Christophe Dettinger "n'a pas les mots d'un gitan".

Une petite phrase lors d'un entretien informel qui a fait grand bruit. Christophe Dettinger, l'ancien boxeur professionnel filmé en train de frapper des gendarmes lors d'une manifestation des gilets jaunes, va porter plainte contre Emmanuel Macron. Une plainte, déposée dans les prochains jours, pour "injure raciale" et "diffamation" à la suite de propos du président de la République sur le mouvement de contestation et les possibles influences de l'étranger, a-t-on appris auprès de l'avocate de l'ex-boxeur, Me Laurence Léger, mandatée pour la rédaction.

Le 31 janvier dernier, Emmanuel Macron s'est entretenu avec quelques journalistes, selon Le Point. Il avait alors évoqué le mouvement de mobilisation des gilets jaunes, estimant que les manifestants radicalisés sont "conseillés" par des forces à l'étranger. Parlant de Christophe Dettinger, le chef de l'Etat avait estimé que ce dernier "a été briefé par un avocat d'extrême gauche". "Ça se voit! Le type, il n'a pas les mots d'un gitan. Il n'a pas les mots d'un boxeur gitan", a-t-il poursuivi.

"Je suis abasourdie et stupéfaite. Qu'est-ce que c'est, les mots d'un gitan? Qu'est-ce que ça suppose comme sous-entendus?, avait réagi sur France Info l'avocate du boxeur. Ça voudrait dire quoi, que les gitans ne parlent pas français, peut-être? (...) Je dis que ce sont des propos extrêmement graves, extrêmement choquants, ça a un nom, ça s'appelle du racisme, de la discrimination, et venant d'un chef de l'État… Je pense que ce n'est pas digne d'un président."

Christophe Dettinger a été filmé le 5 janvier en train de frapper deux gendarmes mobiles censés protéger la passerelle Léopold-Sédar-Senghor à Paris. Avant de se rendre dans un commissariat, il avait tourné une vidéo dans laquelle il expliquait que la colère était "montée" en lui et reconnaissait avoir "mal réagi". Lors d'une comparution immédiate, il avait dit "regretter" son geste. "Je ne suis pas fier de moi quand je vois ces images. J'ai trois enfants à élever correctement", avait-il déclaré. L'audience avait été renvoyée. Christophe Dettinger doit être jugé mercredi.

Justine Chevalier