BFMTV

Chirurgien soupçonné de pédophilie: 250 "victimes potentielles" identifiées

Photo d'illustration

Photo d'illustration - AFP

184 plaintes ont été déposées, selon le procureur de La Rochelle. Parmi ces personnes, 181 étaient mineures au moment des faits.

À quelques mois d'un premier procès, prévu début 2020, le dossier contre l'ancien chirurgien de Jonzac suspecté de "viol" et d'"agression sexuelle" sur mineurs s'épaissit. Une soixantaine de victimes présumées avait déjà déposé plainte contre lui début septembre. Selon un communiqué du procureur de la République de La Rochelle diffusé ce lundi, "250 victimes potentielles de faits non-prescrits ont été identifiées" au cours des investigations menées par la section de recherches de Poitiers.

Parmi ces personnes, "209 ont pu être auditionnées" et plusieurs d'entre elles font état "de souvenirs précis". Par ailleurs, 184 - dont 181 mineures au moment des faits - ont souhaité déposer plainte.

De nombreuses victimes potentielles en Bretagne

Joël Le Scouarnec qui a terminé sa carrière à Jonzac, en Charente-Maritime, a également exercé à Loches, en Indre-et-Loire, à Vannes, dans le Morbihan, ainsi qu'à Quimperlé, dans le Finistère. Parmi les victimes potentielles identifiées ayant décidé de porter plainte, 138 sont "actuellement domiciliées sur le ressort de la cour d'appel de Rennes, dont 100 dans le Morbihan et 23 dans le Finistère", précise le communiqué.

Pour cette raison et au regard du reste des investigations qu'il reste à conduire, le procureur de la République ajoute que le parquet de La Rochelle s'est donc dessaisi de l'affaire, au profit du parquet de Lorient, siège du pôle criminel du Morbihan.

200 prénoms d'enfants dans des carnets

Le chirurgien digestif de 68 ans a d'abord été mis en cause pour des viols et des agressions sexuelles sur une voisine, ses deux nièces et une patiente. Une première plainte pour viol a été déposée en avril 2017 par des voisins du médecin, parents d'une fillette de 6 ans à l'époque des faits. Leur enfant leur a raconté que le voisin s'était exhibé nu devant elle et l'avait violé.

Auditionné, l'homme a nié le viol, mais reconnu les autres faits et évoqué de lui-même les autres agressions. Le médecin, incarcéré depuis mai 2017, comparaîtra du 13 au 17 mars prochain devant la cours d'assises de Saintes, en Charente-Maritime, dans le cadre du premier volet de cette affaire.

Des carnets ont également été découverts à son domicile lors de perquisitions. À l'intérieur figuraient notamment les prénoms de 200 enfants, filles et garçons, qui ont pour la plupart été des patients du médecin. À côté de ces prénoms, les enquêteurs ont découvert des descriptions d'abus et de sévices sexuels. L'avocat de Joël Le Scouarnec évoque des "fantasmes", mais réfute toute idée de passage à l'acte.

Sarah-Lou Cohen, avec Juliette Mitoyen